10.7 C
Rennes
jeudi 29 février 2024
AccueilActualitésSTUPÉFIANTS : LA FILIÈRE ALBANAISE DEVANT LA JUSTICE

STUPÉFIANTS : LA FILIÈRE ALBANAISE DEVANT LA JUSTICE

Courant septembre 2018, un renseignement judiciaire parvenait aux services de gendarmerie d’Ille-et-Vilaine. Il signalait les agissements suspects d’un individu de nationalité albanaise, âgé de 45 ans et ayant déjà des antécédents. Quelques mois plus tard, en juillet 2019, une enquête préliminaire était ouverte par le procureur de la République de la juridiction interrégionale spécialisée de Rennes. Elle était menée notamment pour trafic de produits stupéfiants, traite des êtres humains en bande organisée et association de malfaiteurs. 

« Les premiers éléments confirmaient l’existence d’un trafic. Celui-ci était orchestré par des ressortissants albanais implantés sur le territoire national, en lien avec des réseaux locaux, notamment en Ille-et-Vilaine et dans la région niçoise », explique le procureur de la République, Philippe Astruc. Ce réseau, fonctionnant sur un mode clanique, s’approvisionnait régulièrement en drogue, principalement de l’héroïne, aux Pays-Bas, au moyen de liaisons routières à raison d’une dizaine de kilogrammes par voyage. « L’organisation criminelle utilisait par ailleurs des téléphones et véhicules dédiés. Elle avait mis en œuvre un circuit de blanchiment des fonds issus de la revente des produits. »

Une information judiciaire était ouverte le 30 septembre 2019 auprès d’un magistrat instructeur de la juridiction interrégionale spécialisée de Rennes, confiant la direction de l’enquête à la section de recherches de la capitale bretonnes. « Les investigations ont pu s’appuyer, en parallèle, sur de la coopération internationale, notamment avec les autorités néerlandaises, ainsi qu’avec l’agence européenne spécialisée dans la lutte contre la criminalité Europol. »

Les 29 et 30 mars 2021, les forces de l’ordre interpellaient 17 membres de cette organisation, comprenant 16 hommes et une femme, âgés de 19 ans à 57 ans. Agissant simultanément en Ille-et-Vilaine et dans les Alpes-Maritimes, plus de 150 militaires de la gendarmerie étaient mobilisés. Ils étaient associés aux enquêteurs des sections de recherche de Rennes et de Marseille, des groupements de gendarmerie départementale d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor, du Groupe Interministériel de recherche de Bretagne. Ils étaient appuyés par l’antenne GIGN de Nantes et du peloton d’Intervention de l’Escadron de Gendarmerie mobile de Mayenne.

Lors des perquisitions organisées à Rennes et en Ille-et-Vilaine, des produits stupéfiants (2,5 kgs d’héroïne, 60 kgs de produits de coupe, plus de 50 000 euros en numéraire et 4 armes de poing avec leurs munitions étaient notamment découverts. « Deux véhicules, dont un véhicule Mercedes Classe C, destinés à convoyer les substances illicites, étaient également saisis. »

Après cette opération, dix hommes, âgés de 21 ans à 57 ans, étaient présentés devant le magistrat instructeur les 30, 31 mars et 1er avril 2021. Deux d’entre eux, installés dans la région niçoise, étaient convoqués pour être mis en examen le 5 juillet 2021 et cinq individus étaient laissés libres à l’issue de leur garde à vue. L’information judiciaire se poursuivait avec l’interpellation et la mise en examen de deux protagonistes secondaires de cette affaire, dont un mineur, et la délivrance de cinq mandats d’arrêt concernant des auteurs en fuite. « Le juge d’instruction de la JIRS de Rennes a depuis renvoyé devant le tribunal correctionnel 13 mis en examen, et cinq individus recherchés dans le cadre de mandats d’arrêt. Le mineur, âgé de 17 ans au moment des faits, a fait l’objet d’un renvoi devant le tribunal pour enfants. »

Parmi les majeurs poursuivis, trois prévenus sont en situation de récidive d’importation et de trafic de stupéfiants. Concernant leur situation actuelle, trois hommes, dont le chef de réseau, âgés de 24 à 50 ans, sont placés en détention provisoire et 10 prévenus sont placés sous contrôle judiciaire. Ils encourent une peine de 10 ans d’emprisonnement, doublée en cas de récidive légale, de fortes peines d’amendes délictuelle et douanière et la confiscation de leurs biens. Leur audience se tiendra à partir du lundi 29 janvier 2024 jusqu’au vendredi 9 février 2024 devant le tribunal correctionnel à la cité judiciaire.

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

IDÉE BÉBÉ DU JOUR : LES « ATTACHE-TÉTINES »

Charlotte Mercanti est une créatrice rennaise. Elle fabrique des accessoires pour bébés (et nécessairement pour les parents). Fruit de son imagination (et de son...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser