CECI EST UN TEST 1
Actualités

PLUS DE CAMPEMENTS POUR LES MIGRANTS

test2

Il y a trois jours à peine, notre journal se penchait sur la situation des migrants dans le parc Saint-Cyr et le square de la Touche (voir notre article). Ce mercredi 5 octobre 2022, le préfet de Bretagne Emmanuel Berthier a décidé de mettre à l’abri les occupants de ces deux espaces verts. 

Il y a trois jours.

Aujourd’hui.

Cette opération, menée avec les policiers rennais, a eu lieu vers 7 heures du matin. « 44 personnes ont été orientées en chambre d’hôtel. », explique la préfecture dans un communiqué. « Il s’agit d’individus en situation de grande vulnérabilité ou encore de demandeurs d’asile attendant que des places se libèrent dans l’hébergement qui leur est dédié. » 

Trente-trois autres personnes (déboutées du droit d’asile) ont été logées dans le centre d’hébergement du « Dispositif préparatoire au retour » (DPAR). Enfin, 44 autres ont été invitées à se présenter à la police aux frontières (PAF) ou au guichet unique des demandeurs d’asile. « Cette démarche leur permettra d’examiner leur situation administrative et, le cas échéant, d’engager la procédure d’asile. » Cette opération s’est achevée vers 8 h 45. Elle a été conduite en partenariat avec les équipes de la direction départementale de l’emploi, du travail et des solidarités (DDETS) et de la PAF (police des frontières). « La ville de Rennes et les associations se sont engagées à procéder au nettoyage des deux sites, » ajoute le préfet. 

La plupart des migrants venaient des Pays de l’Est (Géorgie, Albanie) ou d’Afrique. Mais selon nos informations, certains d’entre eux seraient toujours sans solution de résidences (voir notre photo). Ce soir, dans l’école toute proche du square de la Touche, une banderole a été déployée par les parents. « Plus d’enfants dans la rue, des logements pour tous », peut-on y lire. En fin d’après-midi, devant la mairie, un rassemblement se tenait sous l’égide du MRAP35 et du collectif interorganisation de soutien aux personnes exilées de Rennes (sources : Ouest-France). 

 

 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire