maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

PLAQUE OUBLIÉE : L’INAUGURATION DE LA FACULTÉ DES LETTRES EN 1911

test2

Les bâtiments universitaires de la Place Hoche n’ont pas toujours abrité la faculté de sciences économiques. En 1911, les 14 et 15 octobre, ils accueillirent la faculté de lettres et les bibliothèques universitaire et municipale comme en témoigne une plaque à peine visible dans le magnifique cloître du lieu.

Durant ces deux jours de festivités d’inauguration, le radical-socialiste Théodore Steeg, ministre de l’instruction publique (on ne parlait pas encore d’éducation nationale !) et des Beaux-Arts était venu en compagnie de Charles Chaumet, sous-secrétaire d’Etat aux Postes et Télégraphes. Tous deux étaient les obligés de deux Radicaux locaux, Jean Janvier, le maire de Rennes et de Georges Dottin, Doyen de la Faculté des Lettres.

Etonnament, nos quatre Radicaux eurent à subir la présence d’un opposant farouche : le député d’Ille-et-Vilaine René Le Hérissé, Boulangiste, Antidreyfusard et nationaliste, lors de la cérémonie. Plus anecdotique, le deuxième député de Rennes était un certain René Brice dont le fait de gloire fut d’avoir été notamment le beau-père de Paul Deschanel, président de la République qui tomba d’un train…

Accessible par la place Hoche, ce cloître de la faculté de sciences-économiques a été dessiné par Henri Labrouste, architecte de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, en 1856. C’est dire la référence… Construit sur l’emplacement du couvent des Carmélites, cet ouvrage en brique et tuffeau et d’inspiration romane était celui du grand séminaire du diocèse de Rennes jusqu’au début de XXe siècle.

La faculté de Lettres quitta en 1967 l’ancien séminaire pour rejoindre le campus de Villejean où elle est installée aujourd’hui. Certains Rennais virent d’ailleurs d’un bon œil le départ des étudiants…Depuis, les économistes sont dans les lieux. Ils partagent avec les juristes le cloître à l’intérieur duquel ils aiment se prélasser, se reposer et rencontrer leurs amis.

La plaque raconte-t-elle la vérité ? Etonnament, on ne trouve pas de trace de ces deux jours d’inauguration dans Ouest-Eclair. En revanche, il est question d’une visite ministérielle le 28 octobre 1911. L’inauguration aurait-elle eu lieu en catimini sans la présence de la presse ? Ou est-ce une erreur commise lors de l’impression de la plaque ? Mystère et boule de gomme…Voir l’article. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire