12.8 C
Rennes
jeudi 11 avril 2024
AccueilActualitésNATHALIE APPÉRÉ CANDIDATE : DEUX ANS, PU... DEUX ANS ! 

NATHALIE APPÉRÉ CANDIDATE : DEUX ANS, PU… DEUX ANS ! 

Nathalie Appéré, maire de Rennes, affiche désormais ouvertement son désir de briguer un nouveau mandat, lors des élections municipales de 2026. Elle l’a dit au micro de France 3, à nos confrères du Télégramme. Elle le confirmera sans doute dans les locaux d’Ouest-France. Mais chez les analystes avertis, cette nouvelle n’a rien de surprenant. Née en 1975, cette figure du PS a de belles années devant elle pour servir Rennes. « Je ne vous cacherai pas que j’ai encore envie de travailler pour cette ville et ses habitants », explique-t-elle. Devenue maire en 2014, elle est élue depuis 2001, soit maintenant plus de 23 ans, sous les ors de l’hôtel de ville. Bref, elle a toujours fait de la politique, à l’exception d’une courte incursion dans le secteur public à Saint-Jacques-de-la-Lande au début de sa carrière. 

Deux ans, putain, deux ans ! » Comme le disait avec une pointe d’ironie la marionnette de Jacques Chirac dans Les Guignols de l’Info en 1995. 

Contrairement à Emmanuel Couet, son prédécesseur à la présidence de Rennes Métropole, Nathalie Appéré n’aurait aucun désir de retourner dans le privé. Que ferait-elle ? Consultante ? Que nenni, elle n’en a pas envie. Elle aime la politique (et on peut la comprendre). Mais depuis peu, le charme semble s’être rompu. Pour une fois, la machine PS est dans la tourmente dans la capitale bretonne. Des fusillades (place Banat) ont fait tache dans la politique sécuritaire de la municipalité. Des mois de perturbations dans le service de métro ont ralenti la dynamique impulsée par Nathalie Appéré. Des controverses au CHU en neurochirurgie ont fragilisé sa position de présidente du conseil de surveillance de l’hôpital. 

Dans cette période difficile et agitée, Nathalie Appéré lance une contre-offensive politique. Elle démontre sa détermination, son énergie et sa combativité. Face à sa garde rapprochée, elle affirme être la seule à pouvoir prétendre légitimement à la mairie. Et tant pis pour Marc Hervé qui ronge son frein et qui se verrait bien calife à la place du calife ; et tant pis également pour la nouvelle génération politique désireuse de se faire une place. Mais plus encore, la fine politicienne déjoue les plans des écologistes. Elle les incite à sortir du bois. Elle met en difficulté ceux qui lui reprochent l’installation prochaine et en catimini de l’avionneur Safran à la Janais !

Pendant deux ans, devra-t-on lui parler comme candidate ou comme maire ?», Charles Compagnon. 

Dans une municipalité ancrée à gauche, dans une ville en majorité de fonctionnaires, d’enseignants et d’associations (vivant des subsides), l’annonce du candidat PS est souvent perçue comme une quasi-élection. Mais depuis quelques années, c’est peut-être moins vrai. On sent poindre dans l’opposition des compétences (et bien plus d’assurance) chez la Macroniste Carole Gandon, chez le centre droit Charles Compagnon et chez le représentant de la droite, Thomas Rousseau. On sent chez eux l’envie d’en découdre et une connaissance plus approfondie des dossiers. 

Parviendront-ils à faire exister la démocratie locale, à renouveler le personnel politique et à détrôner Nathalie Appéré ? Après plus de cinquante ans de règne sans partage de la gauche PS, un trublion pourrait perturber toutefois l’équilibre. L’écologiste Matthieu Theurier (actuellement membre de la majorité) émerge comme un candidat réellement solide. Il gagne en popularité, en notoriété, en sérieux. D’un calme olympien, lors des débats municipaux, il impose par son phrasé et sa connaissance des affaires. Il a surtout su prendre à bras le corps les finances de la ville. Pour beaucoup, il pourrait être celui qui rassemblera la gauche populaire, écologique et insoumise. Sa candidature pourrait donner lieu à une lutte fratricide au sein de la majorité actuelle ; une situation qui, si les leaders de l’opposition s’unissent, pourrait jouer en leur faveur. Deux ans, c’est long. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

RENNES 2 : MÉLENCHON, PRIVÉ DE S’EXPRIMER

Dernière minute : l’Université Rennes 2 a annoncé l’annulation de la réunion publique prévue ce mercredi soir avec Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) et Emma Fourreau, candidate...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser