5.2 C
Rennes
vendredi 1 mars 2024
AccueilActualitésMIGRANTS DES GAYEULLES : TOUT LE MONDE SE RENVOIE LA BALLE !

MIGRANTS DES GAYEULLES : TOUT LE MONDE SE RENVOIE LA BALLE !

Samedi après midi, en fin de soirée, des associations tentaient d’installer les familles des migrants du campement des Gayeulles dans l’ex-école Faux-Pont, dans le quartier Saint-Hélier. Mais la préfecture d’Ille-et-Vilaine évacuait tout ce petit monde avec l’aide de la police, à la demande de la municipalité rennaise. Depuis, les collectifs des sans-abris pestent contre la maire et ses équipes, qui, elles, à coups de communiqués, justifient leur action. « À ce jour, la ville de Rennes met à l’abri, chaque soir, plus de 950 personnes, dont une majorité d’enfants », expliquait David Travers, ce dimanche. « Cette action humanitaire et volontariste est tout simplement unique en France. Elle fait l’honneur de notre ville. »

Depuis 2011, la ville de Rennes a mis en oeuvre de nombreuses solutions : la mise à disposition de patrimoine municipal inoccupé, la mise à l’abri à l’hôtel et l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence municipal de 100 places… » David Travers. 

Pointée du doigt, la mairie préfère renvoyer la balle à la préfecture. « Mettre au même niveau de responsabilité et renvoyer dos à dos la Ville de Rennes et l’État au sujet de l’hébergement des personnes exilées sont des erreurs inacceptables. La politique d’hébergement d’urgence des familles sans-abri est une compétence exclusive de l’État (…) Un Gouvernement qui a mis fin, la semaine dernière, à l’hébergement au 115 d’une femme avec deux nouveau-nés prématurés quinze jours après leur naissance. »

 Aucun enfant ne doit dormir dans la rue. » Nathalie Appéré.

Mais face à la pression, la majorité municipale commencent à se lézarder. Dans un communiqué, les écolos regrettent la décision d’évacuer l’école et demandent à l’Etat de prendre ses responsabilités pour abriter dignement les sans abris des Gayeulles. Ils veulent brosser dans le sens du poil leur aile gauche. En revanche, il serait peut-être déjà trop tard. Plus d’une centaine de personnes était mobilisée en soutien aux migrants, sous les fenêtres de la maire, ce lundi soir où une ancienne « habitante » du campement des Gayeulles a témoigné des conditions précaires des adultes et enfants, sous des tentes. « On ne peut pas vivre comme ça, c’est très dur », a-t-elle confié. `

Appéré, démission! », ont scandé les manifestants au pied de l’hôtel.

En urgence, les associations de soutien cherchent un avocat pour défendre les migrants des Gayeulles frappés par un arrêté d’expulsion. L’audience est prévue au tribunal administratif de Rennes ce vendredi. Depuis cet été, plusieurs dizaines de personnes sans solution d’hébergement campent sur un terrain municipal, aux Gayeulles. Ces personnes sont pour nombre d’entre elles des familles migrantes, parfois avec des enfants très jeunes. Elles demandent juste un toit !

https://twitter.com/charl_hey/status/1450144418590298123

https://twitter.com/charl_hey/status/1450142608173436930

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

PARIS OU NICE : UNE FINALE AVANT L’HEURE

Ce vendredi premier du mois, le destin a joué un (sale) tour aux Rennais. Le tirage au sort de la coupe de France les...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser