Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

MEURTRE DE CHARLY : UN COUPLE PLACÉ EN DÉTENTION

test2

Le 18 septembre 2020, les sapeurs-pompiers intervenaient dans un immeuble situé au 1 rue du Maréchal Lyautey dans le quartier de la Touche pour un feu d’appartement au 4° étage. Lors de leur intervention, ils découvraient le corps d’un homme en arrêt cardio-respiratoire, Charles Qimbrot, retraité et âgé de 63 ans. Son décès était rapidement constaté. “L’autopsie révélait la présence d’un “polytraumatisme facial, cervical et thoracique témoignant de violences infligées”. Les stigmates de sévices étaient constatés”, explique aujourd’hui Philippe Astruc, procureur de la République.

Rapidement, une enquête criminelle était confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes par le parquet de Rennes. Elle révélait des “retraits suspects effectués avec la carte bancaire de la victime dans la soirée des faits et des tentatives de retrait” le lendemain. “Les investigations s’orientaient vers un couple ayant côtoyé la victime peu de temps avant son décès”, ajoute le procureur.

Le 22 septembre, un homme né en 1988, défavorablement connu de la Justice pour avoir été condamné à treize reprises notamment pour des vols ou des extorsions, et une femme née en 1982, sans antécédent judiciaire, étaient interpellés en début d’après-midi à leur domicile. “Lors de la garde à vue, ils reconnaissaient globalement avoir exercé des violences sur la victime dans la soirée, ainsi que le vol et l’utilisation de la carte bancaire, et avoir mis le feu à l’appartement.”

Présentés ce jour au magistrat instructeur, ils ont été mis en examen des chefs de meurtre précédé, accompagné ou suivi d’un autre crime, extorsion avec violences ayant entraîné la mort et actes de torture et de barbarie. Ils ont été placés en détention provisoire. Ils encourent pour ces faits la réclusion criminelle à perpétuité. Dans son quartier, Charly  était connu. Né à Rennes où ses parents tenaient une ébénisterie florissante, issu d’une famille nombreuse, il était père d’une fille. “C’était un mec super gentil, très convivial, très communicatif, un gars passionné par la musique rock (il jouait beaucoup avec des percus). Il parlait plusieurs langues, ce qui lui a permis de diriger des villages de vacances dans le Morbihan durant plusieurs années et de donner des cours bénévoles d’Allemand. Il avait donné parfois des cours à des migrants”, raconte une de ses connaissances. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire