"
Actualités

LE CAMPUS DE VILLEJEAN ÉVACUÉ PAR LA POLICE

Les forces de l’ordre sont intervenues cette nuit, vers 4 h 30 du matin, sur le campus de Villejean pour évacuer les occupants, manifestant contre la sélection à l’Université. Elles ont réussi leur opération sans blesser personne, ni incident. Leur intervention (qui a duré une heure) était sollicitée par le président de l’Université de Rennes 2, Olivier David. 

“Après plus de quatre semaines de blocage de l’établissement, j’ai dû faire appel aux forces de l’ordre pour procéder à l’évacuation des locaux occupés depuis le début du mois d’avril”, a confié le président  L’intervention a eu lieu ce lundi 14 mai à 04h30. Cette décision s’est imposée suite à l’impossibilité de négocier avec l’assemblée générale étudiante et les organisations représentatives des étudiants.” 

L’intervention policière a suscité de nombreuses réactions sur Twitter. “La direction de l’université n’a donc aucune parole, participant elle-même à l’évacuation”, a commenté le syndicat UNEF. “On est triste, mais on poursuit le combat”, expliquait ce soir un manifestant. “On ne se laissera pas faire. Le gouvernement joue la montre, nous aussi.” 

Dès ce soir, une centaine de manifestants s’est réunie à deux pas de l’université de Villejean, sous les yeux d’un important dispositif policier. L’Université prévoit une reprise de ses activités et l’organisation des examens, prévus du 17 au 28 mai prochains, si naturellement les “bloqueurs” ne reprennent pas leurs actions. 

Le résumé de la journée en quelques tweets : 

 

Petite note de la rédaction : les fautes d’orthographe et de grammaire truffant certains de ces tweets ne sont pas de notre responsabilité. Elle nous posent toutefois question…

La réaction de la droite rennaise : “Il y a plus d’un mois, au nom de la liberté d’étudier,  j’avais demandé l’évacuation de l’Université de Rennes 2. Je félicite le professionnalisme des forces de l’ordre et du personnel de l’université qui a permis une évacuation dans le calme et sans incident majeur, ” a expliqué Bertrand Plouvier. “Le président de l’Université de Rennes 2 a pris une décision courageuse bien que tardive. En effet, durant plusieurs semaines, les occupants livrés à eux-mêmes ont pu procéder à de nombreuses dégradations. Étant donné le montant de l’estimation de ces dégâts, nous espérons que les responsables auront à répondre de leurs actes devant un juge.
 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire