CECI EST UN TEST 1
Actualités

L’AMOCO EN UNE EXPO

test2

Les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine ont le chic pour organiser des belles expositions. L’an passé, l’institution proposait de découvrir l’empoisonneuse Hélène Jegado. Cette année, elle part sur le littoral breton pour nous rappeler l’immense tragédie de l’Amoco-Cadiz survenue sur les côtes bretonnes, le jeudi 16 mars 1978, vers 22 heures.

Dès l’entrée dans les lieux d’exposition, on plonge dans les tréfonds de la plus grande pollution de ces 40 dernières années. On regarde dans le blanc des yeux le présentateur du journal de 20 heures de l’époque ; un Breton du nom de Roger Gicquel, submergé par une vague d’émotions devant le drame. « Depuis la marée inaugurale du Torrey Canyon le 18 mars 1967, c’est la troisième fois que les côtes bretonnes sont souillées par les hydrocarbures », explique-t-il, médusé.

Devant nous, la coque du pétrolier se fend sous les flots. Devant nous, elle laisse échapper du mazout le long de nos plages et de nos falaises. Rien ne peut arrêter l’enfer noir s’étendant dans un flot incessant, gluant et polluant. Rien ne peut juguler cette marée noire encore présente dans notre inconscient de Bretons. Elle revient incessante au travers de photos, de dessins de la BD Bleu pétrole, de vieux films de l’Ina (institut national de l’audiovisuel) et d’articles jaunis par les temps passés. 

Face à cet attentat contre l’environnement, devant la terrible atteinte aux vivants, on s’émeut devant ces  vieux pêcheurs éplorés, ces goélands mazoutés, ces bénévoles en ciré jaune englués dans le pétrole. Dans le sillage de l’Amoco, on revit la souffrance d’une époque soignée tant bien que mal par un procès hors norme contre les responsables de cette pollution. L’exposition est à découvrir du 14 septembre 2020 au 8 janvier 2021 aux archives départementales, un rue Jacques Léonard. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire