10.9 C
Rennes
jeudi 29 février 2024
AccueilActualitésINFECTIONS AU PAPILLOMA VIRUS HUMAINS : DÉJÀ PLUS DE 2 300 INJECTIONS RÉALISÉES EN ILLE-ET-VILAINE

INFECTIONS AU PAPILLOMA VIRUS HUMAINS : DÉJÀ PLUS DE 2 300 INJECTIONS RÉALISÉES EN ILLE-ET-VILAINE

En Ille-et-Vilaine, la campagne de vaccination contre les infections au papilloma virus humain dans les cités scolaires a débuté le 9 octobre dernier. Elle concerne 111 établissements, dont 47 privés (soit la totalité des sous contrat). « Nos partenaires ont déployé une logistique efficace. Ils ont d’ores et déjà permis de réaliser plus de 2 300 injections. »

Mardi 12 décembre, les équipes du Département d’Ille-et-Vilaine sont intervenues au collège de l’Immaculée de Saint-Grégoire. « Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus sexuellement transmissibles, parmi les plus fréquents », explique l’Agence régionale de Santé. « Il en existe près de 200 types différents. » Cette infection se propage par simple contact au niveau des parties génitales, le plus souvent lors de rapports sexuels, avec ou sans pénétration. « Le préservatif, qui préserve contre de nombreuses infections transmissibles, ne protège toutefois que partiellement des HPV », tient à préciser l’ARS. 

Environ 80 % des hommes et des femmes sont exposés à ces virus au cours de leur vie. Une infection par HPV ne provoque généralement pas de symptômes. En général, le corps parvient à éliminer spontanément les infections à HPV, mais il arrive que certaines persistent. « Certains types de HPV sont responsables de lésions bénignes, mais douloureuses qui apparaissent sur la peau ou les muqueuses de l’anus et de la région génitale (condylomes). D’autres types de HPV peuvent provoquer des atteintes plus graves, pouvant évoluer vers un cancer. Cela concerne 8 parties du corps : le col de l’utérus, l’anus, l’oropharynx (gorge, amygdales et base de la langue), la vulve, le vagin et le pénis. »

Chaque année en France, 6 400 nouveaux cas de cancers sont liés aux HPV. Dans la majorité des cas, ils affectent le col de l’utérus (44 %), l’anus (24 %) et l’oropharynx (22 %). Si ces maladies liées au HPV touchent en majorité les femmes, un quart frappe les hommes. La vaccination est le mode de protection le plus efficace contre les HPV. « Elle est recommandée pour les filles et les garçons de 11 à 14 ans. Elle repose sur un schéma à deux doses de Gardasil® 9, espacées de 6 à 13 mois. »

Le vaccin contre les papillomavirus humains peut-être fait le même jour que d’autres effectués à cet âge, comme le rappel dTcaP (diphtérie-tétanos-coqueluche-poliomyélite) qui est recommandé entre 11 et 13 ans. Un rattrapage est possible entre 15 et 19 ans. Dans ce cas, trois doses sont nécessaires « Le vaccin est également recommandé pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des garçons, jusqu’à l’âge de 26 ans », ajoute l’ARS. Le respect du schéma vaccinal est devenu aujourd’hui indispensable.

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

IDÉE BÉBÉ DU JOUR : LES « ATTACHE-TÉTINES »

Charlotte Mercanti est une créatrice rennaise. Elle fabrique des accessoires pour bébés (et nécessairement pour les parents). Fruit de son imagination (et de son...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser