CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Faits divers

FEU AU COLOMBIER : DES POMPIERS INSULTÉS ET UN COUPLE MOLESTÉ PAR TROIS INDIVIDUS

test2

“Au pied de l’appartement incendié dimanche soir dans le quartier du Colombier (voir notre article), trois jeunes ont tenté de dérober du matériel dans les camions de secours. Ils ont frappé un couple tentant d’intervenir, d’un coup de poing pour l’homme et d’un coup de pied pour la femme”, nous a écrit Emmanuelle. D’après nos renseignements, les trois individus ont ensuite insulté et menacé les hommes du feu. Un des agresseurs, avec une main sous son T-shirt, aurait même fait comprendre qu’il était armé…

                                              On ne comprend plus ce qui se passe !

Devant un tel déferlement de violences, les pompiers d’Ille-et-Vilaine ont décidé de porter plainte. “Les faits sont confirmés. J’en ai été informé comme vous mais je ne veux pas commenter cette histoire-là dans la mesure où je ne connais pas les tenants et les aboutissants”, explique le représentant syndical, J-M Boitelet. “Néanmoins, ce que je peux dire mais c’est que cela fait des mois et des années qu’au niveau national et aujourd’hui localement on demande à notre gouvernement et aux élus d’intervenir pour faire cesser ce genre d’agissements.”

Mais pour l’instant, les pompiers ne seraient pas entendus. “On a de beaux discours avec à chaque fois des médailles et malheureusement parfois à titre posthume ! Mais les pompiers professionnels, pour ceux que je représente, en ont aujourd’hui ras-le-bol.  On attend des actes.” Au nom du syndicat autonome des pompiers d’Ille-et-Vilaine, le représentant revendique plus de sécurité. “C’est un scoop pour personne ! Les effectifs de la police nationale (ou de la gendarmerie) qui doivent intervenir au quotidien à nos côtés ne sont clairement pas dimensionnés comme ils devraient l’être sur l’agglomération rennaise.”

Face à ce problème, le pompier veut aujourd’hui alerter les autorités. “On n’est pas les plus mal lotis mais encore une fois, on s’aperçoit depuis plusieurs mois que les faits de violence et d’incivilités envers les secours se multiplient.  Je ne sais pas combien de plaintes nos supérieurs ont déposées mais on dépasse sûrement les 10 depuis le début de l’année.  Pis encore, nos collègues pompiers volontaires se retrouvent aujourd’hui confrontés aux violences.  C’est dramatique et on ne sait plus quoi faire. Or nous nous ne sommes pas engagés pour cela !  Si nous avions voulu nous battre, nous serions rentrés dans l’armée ou la police…  On ne comprend pas quand on se fait caillasser ou cracher dessus par des gamins.”

                                                 Des problèmes récurrents

“Ces problèmes sont récurrents”, reconnaît Frédéric Gallet (secrétaire départemental du syndicat Alliance). “On ne peut malheureusement pas accompagner toutes les interventions de pompiers, de SAMU et d’ambulances.” Comme beaucoup, il regrette ces agressions et parfois même les guet-apens dont les hommes du feu sont sujets. “Cela reste encore marginal au regard de ce qui se passe dans les grandes villes comme Lyon et Marseille. Mais à partir du moment où vous laissez se répandre dans une ville des bandes interpellées plusieurs fois par jour et relâchées le jour-même. Difficile pour ces même délinquants de retenir une leçon  ! Il faut une réponse sociétale et législative. Il faut simplement changer les lois pour les mineurs notamment impliqués dans de nombreuses affaires rennaises.”

Devant la multiplication de ces agressions, les policiers n’ont pas toujours une réponse à l’instant T. “Impossible pour nous de nous démultiplier si nous sommes à la fois sur un accident, à l’hôpital pour accompagner un blessé ou sur un cambriolage. On n’a pas toujours une patrouille pouvant intervenir, surtout le week-end. En l’occurrence, hier après-midi, nous avions le match de Rennes avec de nombreux policiers engagés sur place et de nombreux effectifs e sur d’autres sites. L’État fait aujourd’hui des choix et nous répond : vous êtes assez ! La solution serait naturellement un peu plus d’effectifs mais bien plus, et je le répète, il faut des sanctions et des peines qui soient appliquées. Les délinquants sont toujours dehors, dehors et encore dehors !”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire