Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités coronavirus

FERMETURE DES CENTRES DE REMISE EN FORME : LE MALAISE ET LA COLÈRE DE CORINNE

test2

“Les salles de sports ne sont ni des clusters, ni des lieux de contaminations. Il y a moins de 0.1 % de cas de COVID” , assure Corinne Prioul, à la tête de Santez Vous SportI Installée au 2A rue Pâtis Tatelin où elle accueille des hommes et des femmes de 20 ans à 80 ans et plus, elle ne décolère pas contre la fermeture des centres de remise en forme et des salles de sport. “Je ne comprends pas cette décision soudaine”, explique-t-elle. “Nous sommes en pleine rentrée sportive et une grande partie de mon chiffre d’affaire est réalisée durant cette période.”

“Je vais devoir payer mes charges fixes !”

Avec 38 % de chiffre d’affaires en moins par rapport à l’année dernière, Corinne espérait beaucoup des inscriptions. “À la suite du confinement du printemps, beaucoup de mes fidèles clients me font à nouveau confiance. Un certain nombre d’entre eux sont revenus mais pas la totalité comme les années passées.” Mais malgré leur retour, elle voit l’avenir en noir ! “Le couperet est tombé. Comme toutes entreprises, je vais devoir payer mes charges fixes : le loyer, l’électricité, le gaz, l’eau, l’URSSAF, la CIPAV, la SACEM, les assurances, le comptable, le téléphone, la communication, la T.V.A., les impôts, les frais COVID…et je ne vous parle même pas de ma rémunération ! Comment vais-je faire ?”

En choisissant d’être cheffe d’entreprise, Corinne ne voulait pas être “assistée” par des aides de de l’état. Mais voilà, le Gouvernement en a décidé autrement pour des raisons sanitaires. “Nous sommes des lieux de contamination quasi nulle. On ne peut avoir une meilleure traçabilité que dans les salles d’activités comme la mienne, puisque l’on connait tous nos clients. Je suis scrupuleusement sur mon agenda tous les jours, les présences et les absences de chacun. Aucun entrepreneur ne souhaiterait la disparition de son établissement. C’est pourquoi nous sommes assez vigilants pour faire respecter les règles sanitaires.”

Le soutien des clients

En treize ans, Corinne a acquis une certaine notoriété auprès des seniors et des futures mamans. “Mon expérience de plus de 25 ans m’a amené à créer ma méthode core in-e, inspirée grandement des méthodes du docteur Bernadette De Gasquet (Abdominaux, arrêtons le massacre !).”  Très investie dans son entreprise, elle est gère un bel espace de 120 m² où elle a d’ailleurs mis en place des règles sanitaires strictes depuis cette rentrée. Mais tout ce travail risque aujourd’hui d’être mis à mal…Il lui reste simplement aujourd’hui le soutien de ses clients. “Depuis le début du déconfinement, Corinne a tout mis en place dans l’organisation des cours, le choix du matériel, l’observation des règles barrières entre tous les participants, le port du masque …Rien n’a été laissé au hasard ! Je comprends tout à fait sa réaction et je  la soutiens dans toutes les démarches entreprises pour annuler la décision de la fermeture des centres d’activités physiques”, convient la diététicienne, Brigitte Mercier Fichaux (68 ans).

 Même son de cloche chez Stéphanie (adepte du yoga postnatal). “Celle décision gouvernementale est dure à accepter et sa logique m’échappe en partie.  A partir du moment où la distanciation et les mesures barrières sont respectées, je ne me sens pas plus en danger en venant au cours de yoga post-natal qu’en allant faire mes courses au supermarché ou en allant enseigner plusieurs heures par jour dans une salle de 45 étudiants !  Cette décision nous prive d’un moment bienvenu dans la semaine, l’occasion de se recentrer sur son corps en l’aidant à se renforcer, qui plus est dans une période où l’on a si peu de temps pour soi… “

 

La phrase du jour : “Nos endroits sont certainement pour beaucoup une soupape de décompression en cette période si anxiogène.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire