7.1 C
Rennes
lundi 26 février 2024
AccueilActualitésDEVANT LA SALLE DES FÊTES : LES « PIEDS-NICKELÉS » EN VOITURETTE AGRESSENT UN JEUNE...

DEVANT LA SALLE DES FÊTES : LES « PIEDS-NICKELÉS » EN VOITURETTE AGRESSENT UN JEUNE COUPLE DE 15 ANS

Tout commence le samedi 25 novembre, lors d’un spectacle de théâtre, à la salle des fêtes de Pipriac, près de Rennes. À la fin de la représentation, un adolescent de 16 ans accompagne sa petite amie âgée de 15 ans au véhicule de ses parents. Soudain, un homme de 22 ans tente d’amorcer une discussion avec le couple, mais sans réponse. Mécontent, l’individu insulte la fille et agresse l’ado qui protège sa jeune compagne. Mais la scène ne s’arrête pas là ! Un deuxième comparse d’une quarantaine d’années sort de sa voiturette et met en joue le mineur avec un pistolet à billes. La victime est touchée à la cuisse droite et au dos. Une femme en fauteuil roulant devra s’interposer pour calmer les esprits.

 Je pensais que c’était une vraie arme ! Il a visé mon visage, mais il n’a pas réussi. J’aurais pu perdre un œil », dira le blessé. 

Ce jeudi 30 novembre, les deux agresseurs, avec chacun treize condamnations à leur actif, comparaissent devant la justice. L’un des prévenus tente de se justifier, sous le regard désabusé des magistrats. « J’ai dit bonjour et ils ne m’ont pas répondu comme s’ils étaient supérieurs à moi. Je n’ai pas aimé et j’ai voulu leur apprendre la politesse. » Dans le box vitré, l’homme se balance d’avant en arrière, scrutant la salle d’un air nonchalant. Son comparse ne donne pas plus d’explications. « Ce jour-là, j’ai consommé une dizaine de bières de la marque 8.6 ainsi que des verres de whisky. Je pense avoir mal agi… ».

De l’autre côté de la barre, les parents de la victime, émus, ont des trémolos dans la voix. « Mon fils a peur sans arrêt », affirme l’un d’eux. « Il crie la nuit. Heureusement, il a beaucoup de soutien, de la commune, de son club sportif, de sa famille, mais depuis les violences, il reste enfermé dans sa chambre. Il ne comprend pas pourquoi des adultes l’ont agressé gratuitement. La justice fera ce qu’elle veut de ces hommes, mais je ne souhaite plus qu’ils s’approchent de lui. »

La réaction de l’un des agresseurs âgé de 22 ans surprend la salle. Il s’adresse directement à la mère du mineur. « Vous venez faire la pleureuse à la barre !», affirme-t-il d’un ton péremptoire. Avocate de la défense, Delphine Caro déplore des violences parfaitement gratuites contre ses clients. « Soutenir vouloir apprendre la politesse à des gens en les frappant, c’est aberrant » convient-elle. 

Même désolation du côté du parquet. « Le plus jeune des prévenus a un comportement désagréable. Il est incapable d’introspection et tient des propos inadmissibles à l’encontre de la partie civile. J’ai l’impression d’être devant deux bras cassés, des pieds nickelés. Que peut-il bien se passer dans leur tête pour commettre une telle agression ? Je requiers une peine de 12 mois d’emprisonnement à l’encontre des deux inculpés. » Le tribunal condamne les deux individus à 8 mois d’emprisonnement ferme avec maintien en détention. Les deux hommes ont l’interdiction de paraître dans la commune de Pipriac et de porter une arme pendant 5 ans.

// Dernières nouvelles publiées

DÉJÀ CINQUANTE INTERVENTIONS DES POMPIERS À 18 h

Ce 26 février 2024, la semaine a débuté avec un temps particulièrement perturbé et agité en Ille-et-Vilaine. A Saint-Malo, le vent de Nord/Nord-est a...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser