15.2 C
Rennes
mardi 18 juin 2024
AccueilActualitésCOLLECTE DES DÉCHETS : RIEN NE BOUGE 

COLLECTE DES DÉCHETS : RIEN NE BOUGE 

Le 27 mars dernier, Rennes infos Autrement évoquait la situation de la collecte des déchets sous le titre : Rennes la vilaine. (https://www.rennes-infos-autrement.fr/rennes-la-vilaine/). Cinq jours plus tard, rien n’a bougé. « Les détritus sont de plus en plus nombreux dans tous les quartiers », explique Christian, un Rennais. « Il y en a partout, » concédait un habitant, à Villejean, il y a quelques jours. « Quelle image donne-t-on ? » 

Malgré cette situation déplorable, les Rennais sont obligés de faire avec. « J’ai la chance de disposer d’un jardin », explique un habitant du Sacré-Cœur. « Mais cela va vite devenir intolérable. » Seule exception : le centre-ville est régulièrement nettoyé par les agents de la métropole. « Nous venons avec une benne et nous enlevons les déchets », confirmait un employé sur la place de la mairie de Rennes.

Contacté, l’attaché de presse de la ville refuse tout bonnement de répondre à nos questions. On doit de se contenter d’un laconique communiqué sur www.rennesmetropole.fr. « Les sites de notre partenaire Suez (Chartres-de-Bretagne et Pacé) sont bloqués depuis lundi 13 mars. Toutes les collectes ont dû être annulées.  Cela concerne celles des ordures ménagères, des emballages, du verre et des points d’apports volontaires de déchets », peut-on y lire. 

Nos collaborateurs ne sont pas en grève. », précise Suez

Mais en dehors de ce communiqué, les élus pourtant prompts à s’épancher dans les journaux sont bien silencieux. Du côté de Suez, le gestionnaire, le service de communication est lui un peu plus loquace que celui de la ville. « Depuis le 13 mars, nos deux sites, situés à Pacé et à Chartres de Bretagne, font en effet l’objet de blocage par des personnes totalement extérieures à notre entreprise », explique la société. « Ce blocage, survenu en raison d’un mouvement national, empêche systématiquement nos véhicules de sortir de l’enceinte de nos centres depuis cette date. Nous sommes en relation quotidienne avec Rennes Métropole, Suez étant opérateur de collecte dans le cadre d’un marché de services publics. » 

Dans les colonnes du journal Ouest-France, l’élu-es-déchets se voulait rassurant, il y a plus d’une semaine. « Nous ne sommes pas dans un seuil critique », convenait Laurent Hamon, vice-président de Rennes métropole, en charge de l’économie circulaire. « Nous suivons la situation de très près en collaboration avec l’Agence régionale de santé. Pour le moment, néanmoins, nous n’en sommes pas à un point d’insalubrité, nous n’en sommes pas au niveau de Paris. (…) Je sais aussi compter sur la compréhension de nos habitants », expliquait-il sur Twitter. 

Mais aujourd’hui à l’heure où le seuil de tolérance semble dépassé, le silence est d’or ! « C’est politique », assure un Rennais. « Les citadins sont prisonniers des postures. Tant de la part du Gouvernement que de la majorité de la métropole, les autorités ont intérêt à faire perdurer la situation. Les uns pour rendre impopulaire le mouvement de contestation, les autres pour faire plier le président Emmanuel Macron et démontrer les méfaits de sa réforme. » 

Dans un tel climat, certains Rennais appellent au recours de la puissance publique. « Les salariés de l’organisme collecteur ne sont pas grévistes. Ce sont des tiers qui bloquent les dépôts. En conséquence, il n’est pas question du droit de grève au sens du Code du travail. Nous sommes dans une situation proche de celle que nous rencontrons sur les 4 voies. À un moment donné, il doit être décidé du recours aux forces de l’ordre pour décoincer les choses. »

Mais qui osera dans un tel contexte ? Un constat d’huissier, selon nos informations, aurait été dressé les jours derniers. Il permettra à la ville de prendre ses responsabilités. Et, si tel n’est pas le cas, le préfet, après une mise en demeure de la municipalité, pourra réquisitionner tout bien ou service et requérir toute personne nécessaire au fonctionnement de la collecte. Mais encore faudra-t-il que les syndicats ne contestent pas les arrêtés devant le tribunal administratif ! 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

AU SQUARE SIMONE MORAND : UNE MICROFORÊT

Un an après avoir été lauréat de la saison 6 du Budget participatif, le projet de microforêt du square Simone Morand, quartier Cleunay-Arsenal-Redon, va...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser