21.7 C
Rennes
samedi 20 juillet 2024
AccueilActualitésCHARLES COMPAGNON : NATHALIE APPÉRÉ, C’EST MON ANTI-MOI !

CHARLES COMPAGNON : NATHALIE APPÉRÉ, C’EST MON ANTI-MOI !

Charles Compagnon (Libres d’agir pour Rennes) est candidat à la mairie de Rennes. A quelques jours des élections municipales, il évoque sans filet la candidature de sa principale rivale, Nathalie Appéré et de ses prochaines missions en cas d’élection. Entretien avec un homme qui se dit pragmatique et qui refuse les étiquettes.

On vous dit pragmatique. Est-ce une réalité ?

Oui, je ne suis surtout pas un idéologue ! Les dogmes ont toujours été pour moi l’antithèse de la démocratie ! Je veux entendre au contraire les raisons les arguments de chacun avant de prendre une décision et de proposer des idées cohérentes pour la ville de Rennes.

Un côté pragmatique mais un petit côté droite tout de même…

Nous n’avons pas masqué nos soutiens sur notre programme mais pour ma part, je ne peux pas cacher mon étiquette puisque je ne suis pas le porte-parole d’un parti politique. Je n’ai jamais adhéré à un mouvement ! 

Vous avez quand même pas mal de soutiens venant du monde de la droite…

Oui, c’est vrai, nous avons une tendance centre-droit dans notre liste ! Je suis soutenu par Le Modem, les Républicains, le Parti breton mais 66 % de personnes de notre liste  ne sont pas encartées.

Dans les premières places, les candidats sont toutefois de droite…

Oui, en effet, il y a des candidats de partis politiques qui m’ont soutenu et qui n’ont pas mis de listes en face de moi. Je devais les remercier. Je ne suis pas un hypocrite !

Pourquoi vous êtes-vous engagé pour Rennes ?

De simple adhérent à la présidence du conseil d’administration de l’association des commerçants je me suis retrouvé en responsabilité et je me suis senti responsable. J’ai eu envie d’aller plus loin.

Ce n’est pas la seule raison…

C’est l’amour de cette ville ! Rennes me motive ! Ce qu’elle devient me rend humainement malheureux. On la défigure ! 

Votre candidature est-elle une candidature anti-Appéré ?

Non pas du tout ! C’est une candidature pour la ville ! je ne suis pas anti Nathalie Appéré ! Elle a ses choix, ses convictions, ses dogmes. Elle fait son job ! Aujourd’hui, je veux simplement réveiller les Rennais. Je veux leur proposer une autre voie possible que celle qu’on leur chante depuis 40 ans qui laisse entendre que Rennes est une ville de gauche. La Bretagne est centriste, modérée et généreuse. Rennes l’est tout autant !

Nathalie Appéré est-elle toutefois votre principale rivale ? 

Oui clairement ! J’ai travaillé avec elle de manière très républicaine quand j’étais président du Carré Rennais. Mais Nathalie Appéré, c’est mon anti-moi ! Je suis tout son opposé. Elle a fait sciences-po, je suis autodidacte. Elle est arrivée à Rennes pour faire une carrière politique, j’y suis resté par amour ! Elle est très technicienne, je suis au contraire très pragmatique. Elle est très apparatchik et technocrate, je suis au contraire très libre. Nous sommes le yin et le yang !

Gérerez-vous cette ville différemment ?

Ce sera plus rock n’roll ! Les citoyens attendent autre chose. Ils attendent un langage de vérité et de proximité. Je ne parlerai pas uniquement à l’intelligentsia rennaise. Je parlerai à tout le monde.

On vous dit porter une candidature très centre-ville !

Les citoyens qui me font cette critique n’ont rien compris à Rennes. Le centre-ville n’est pas un quartier. Il appartient à tous les Rennais qui habitent Le Blosne, Villejean et Maurepas et qui viennent dans le centre-ville ! Je défends en revanche un centre-ville apaisé, dynamique économique comme je veux m’occuper de ce qui se passe à Kennedy et à Maurepas, 

Aujourd’hui, vous managez 18 salariés. Si vous êtes élu, vous gérerez plusieurs centaines de fonctionnaires !  Comment ferez-vous ?

Dans mon entreprise, je les connais tous individuellement ! Si je suis élu, ce sera une autre manière de faire ! Je ne pourrai pas dire bonjour à tout le monde. En revanche, je veux que les 4000 employés de la ville connaissent leur maire. Je veux gérer d’une manière plus pragmatique, plus directe !

Quel regard portez-vous sur cette démocratie participative portée par Nathalie Appéré ?

Elle ne l’est justement pas. Pour chaque projet, tout est déjà décidé. Dans les réunions de concertation, on laisse les Rennais s’exprimer pour avoir la paix ! Au contraire de ce qui se passe actuellement, on prendra le risque de la consultation sur les nouveaux projets d’aménagement  ! On ira voir les citoyens. 

Quand on demande l’avis à la population, elle est souvent contre. Comment prendre une décision ?

Il faut demander aux Rennais sans machiavélisme et avec sincérité ce qu’ils pensent des projets. Il faut leur expliquer les tenants et les aboutissants de chaque projet. Mais au-delà de l’avis,  il faut instaurer la co-construction. Les vrais experts des quartiers sont les gens qui y habitent. Quelle prétention de penser qu’un maire ou encore un technicien va mieux penser qu’eux !

Quelles sont vos grandes thématiques ?

L’urbanisme, les mobilités, la sécurité et l’écologie.

N’évoquez-vous pas l’écologie pour être tendance ?

La terrasse qui est derrière vous dans mon restaurant, cela fait sept ans que je ne la chauffe pas et cela fait sept ans que je perds du chiffre d’affaires ! Parmi tous les candidats, je suis donc peut-être le seul à savoir ce qu’est l’écologie ! J’ai fait un choix de responsabilité et un choix qui me coûte de l’argent. Pour moi l’écologie, ce n’est pas nouveau. C’est ma vie de tous les jours. 

D’autres thématiques ne sont pas aujourd’hui abordées dans cette campagne. Pourquoi ?

Avec quatre thématiques, nous risquons déjà de noyer les Rennais ! Dans une campagne, on ne peut pas donner 50 messages ! Mais dans notre programme, nous parlons de sport, de personnes âgées, de social, d’économie. Nous ne les mettons pas en avant tout simplement parce que, lorsque nous faisons du porte-à-porte et les marchés, ces sujets ne viennent pas systématiquement à l’ordre du jour.

Nathalie Appéré débat-elle avec vous aujourd’hui ?

Elle ne va pas à la guerre ! Elle a esquivé le débat jusqu’à ces derniers jours. Elle a confisqué la campagne aux Rennais.

Est-ce que vous pensez gagner ?

Nous serons au second tour. C’est certain.

Prévoyez-vous une alliance ?

Personne ne peut gagner sans alliance ! Je l’ai dit à mes militants et à mes soutiens. Une fois leader au premier tour, nous regarderons les projets qui sont les plus proches des nôtres. Avec Frank Darcel, nous partageons beaucoup de points communs sur des éléments programmatiques. Chez Carole Gandon, il y a aussi des éléments qui sont très intéressants. Mais elle est fâchée quand je le dis ! Un fait certain, on ne se rapprochera pas du Rassemblement national.

Quel regard portez-vous sur ceux qui vous accompagnent ?

J’en suis assez fier ! Sur notre liste, beaucoup de gens ne partagent pas tous les mêmes points de vue nationalement mais localement, on a réussi à tous se mettre ensemble pour gagner !

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

VEZIN-LE-COQUET : UN MOTARD GRAVEMENT BLESSÉ

Samedi 20 juillet, vers 14h30, une moto et une voiture sont entrées en collision, à hauteur de Vezin-le-Coquet, sur la route de Lorient. Gravement...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser