CECI EST UN TEST 1
Actualités Commerces

AUX LICES : UNE RAZZIA MATINALE !

test2

Contrairement aux gymnases, stades, piscines, musées, grandes bibliothèques et aux équipements publics fermés pour cause de la propagation du coronavirus, le marché des Lices n’était pas interdit et concerné par l’interdiction de rassemblement de plus 100 personnes.  

Mais pour une fois, peu de monde à midi devant les marchands de galettes saucisses, les étals des bouchers, des fromagers et autres légumiers. “Nos clients sont tous venus très tôt”, confiait un fromager. “On n’a plus rien”, ajoutait-il vers midi trente. “Nous avons été dévalisés”, confirmait le boucher des Halles. “C’est la première fois que l’on voit cela.”

Chez la charcutière, même frénésie dans les achats. “Les Rennais ont acheté leurs commissions pour la semaine. Ils ont anticipé pour leurs enfants.” Résultat, certaines étals étaient vides ou manquaient de produits à l’heure du déjeuner. Certains commerçants avaient même fait le choix de ne pas venir du tout !

Dans certains hypermarchés, même constat. “On n’avait plus de pâtes, de farine et de riz,” convenait une employée d’un drive. Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé un renforcement des mesures liées à la crise du coronavirus. Il a décidé la fermeture, à compter de ce soir minuit et jusqu’à nouvel ordre, de tous les lieux recevant du public et qui sont non indispensables à la vie du pays : les restaurants, les cafés, les cinémas et les discothèques. Plus largement, cette décision va s’appliquer à tous les commerces, à l’exception des commerces essentiels.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire