27 C
Rennes
mardi 25 juin 2024
AccueilActualitésAUCUNE MANIF N’ETAIT PREVUE : HUGO NE POUVAIT PAS ETRE INTERDIT ...

AUCUNE MANIF N’ETAIT PREVUE : HUGO NE POUVAIT PAS ETRE INTERDIT DE SEJOUR

Le 16 mai dernier, le préfet d’Ille et Vilaine interdit à Hugo Melchior de séjourner dans le centre ville de Rennes jusqu’au 25 mai, minuit. Il craint de l’étudiant en doctorant des actions revendicatives violentes de nature à constituer « un trouble grave à l’ordre public et à entraver l’action des pouvoirs publics ». Il craint de le voir tenir un rôle de leader contre la loi travail El Khomri.

Mais pour le jeune homme, c’est un peu fort de café. Il conteste la légalité de l’arrêté préfectoral devant le tribunal administratif de Rennes. « La décision porte une atteinte grave à la liberté d’aller et venir, » explique son avocate, maitre Laurent, devant les magistrats rennais. « Elle est manifestement illégale en raison de son étendue dans le temps, de son caractère permanent et du caractère disproportionné. » Car pour elle pas de doute, Hugo Melchior n’est pas un méchant activiste. « Il n’a jamais été interpellé ou condamné pour des actions violentes. Il a bien participé à une manifestation autorisée en tête de cortège, mais avec un mégaphone et sous l’étiquette d’un mouvement politique d’extrême-gauche. »

« C’est le résultat qui compte »

Les magistrats rennais ont fait droit à la requête de l’étudiant, lundi 23 mai. Motif avancé : « en l’absence de rassemblement prévu ou prévisible dans le centre-ville de Rennes d’ici le 25 mai à minuit, le préfet d’Ille-et-Vilaine ne pouvait pas prendre la mesure contestée sans porter une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’aller et venir de M. Melchior. »

« C’est un jugement minimaliste, convient Hugo Melchior. Mais c’est le résultat qui compte. C’est une humiliation politique pour le ministère de l’Intérieur qui détourne l’état d’urgence et la loi de 1955 pour criminaliser le mouvement social et des militants politiques trop en vue ! Dans mon cas,  nous étions à des années lumières du terrorisme. A défaut de pouvoir me poursuivre sur le plan pénal, on me poursuit sur le plan administratif. Heureusement, il existe encore une justice indépendante dans ce pays. »

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

EN ILLE-ET-VILAINE : LUTTE OUVRIÈRE PRÉSENTE PARTOUT DES CANDIDATS

Dans le cadre des élections législatives qui se tiendront le 30 juin prochain, Lutte ouvrière (LO) présente ses candidats dans 550 circonscriptions sur les 577 en France....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser