CECI EST UN TEST 1
Actualités

ABANDON DU PROJET OPEN SKY : IL Y A DE L’ORAGE DANS L’AIR ENTRE L’OPPOSITION ET LA MÉTROPOLE

test2

Open Sky devait être un grand projet commercial dans la zone Rive Ouest, à Pacé, en bordure de la RN12. Confié à la Compagnie de Phalsbourg et Blot Immobilier, il avait fait l’objet d’une autorisation commerciale et d’un permis de construire. Mais après de nombreuses batailles judiciaires, il était tout bonnement abandonné par le président de Rennes Métropole, Emmanuel Couet, il y a deux ans. 

Depuis, la métropole a décidé d’indemniser le promoteur. “Cinq ans après la délivrance d’un permis de construire, la Métropole de Rennes va délibérer pour payer plus de 5 millions d’euros à un opérateur privé pour … ne rien faire”, s’indigne aujourd’hui le groupe Révéler Rennes dans un communiqué envoyé à notre rédaction. “L’épisode Open Sky est révélateur de la méthode à la rennaise. La musique est toujours la même : d’abord, on proclame des ambitions, puis on prend des décisions mais on constate des oppositions alors on lance des consultations … puis on décide qu’on ne fait pas et à la fin le contribuable paiera”, dénonce Carole Gandon.

Cinq millions d’euros, c’était une partie de la facture du départ du tour de France !”, dénonce un proche de Carole Gandon. 

“Au-delà̀ de la méthode, c’est aussi également révélateur de la dualité de cette nouvelle pensée rennaise. Parler grand mais agir petit. Brandir des slogans comme « Rennes accélère » mais ralentir et parfois même reculer”, poursuit la cheffe de file de l’opposition Révéler Rennes. “Se doter d’une grande salle de spectacle pour le pays de Rennes ? Oui mais non. Moderniser l’aéroport ? Oui mais non. Protéger les arbres en ville ? Oui mais non. Faire de la 5G une filière d’excellence ? Oui mais non, enfin peut-être…”

“Quand les décisions s’enchainent sans réelle cohérence, sans perspective de long terme, ce sont des projets lancés qui s’arrêtent, ici sous la pression de riverains, là par accord électoraliste, ailleurs par contrainte judiciaire”, abonde Olivier Dulucq, conseiller municipal d’opposition, qui rappelle que ” l’arrêt d’Open Sky coûtera autant que l’aide économique votée par la Métropole pour aider les entreprises dans la crise Covid. Et tel Gribouille qui se jetait à l’eau par peur de la pluie, des élus métropolitains vont claironner que cette « transaction » est une aubaine car la condamnation aurait pu être pire. Si gouverner c’est prévoir, notre métropole n’est hélas ni gouvernée, ni prévoyante.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire