maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Commerces

SOLDES DÉCALÉS : UNE ÉDITION EN DEMI-TEINTE

test2

“C’était compliqué ! Les clients sont soucieux et prudents dans leurs achats”, explique un commerçant. “Cette période est difficile à̀ comparer avec les années précédentes, cependant le décalage des soldes m’a permis de faire un très gros mois de juin et de conserver une marge correcte. Il est nécessaire de s’interroger sur les promotions récurrentes”, résume un deuxième.

Plus d’un tiers des commerçants satisfaits

Selon une enquête conjointe menée par la CCI auprès des commerçants d’Ille-et-Vilaine, 36% des commerçants sont satisfaits de ce décalage. “Il était important de nous laisser vendre sans des remises au mois de juin”, explique l’un d’eux.  Mais 45 % d’entre eux estiment que ces soldes n’ont pas répondu à leurs attentes. “10 jours de décalage auraient été idéal”, commente l’un d’eux. “J’étais plutôt pour, mais finalement…j’ai dû faire des ventes privées.” Environ 60% ont d’ailleurs organisé des promotions ou des ventes privées avant les soldes.

Inquiets pour leur avenir, de nombreux commerçants en ont profité pour liquider leurs stocks dès le 15 juillet. “Je trouve très bien cette période de soldes : elle a permis au mois de juin de faire un chiffre d’affaires identique à̀ celui de l’année dernière sans les soldes et de se séparer des invendus.”  Compte tenu du contexte, et sans surprise, le niveau des stocks dans les commerces est toutefois cette année 52% supérieur ! 

Par rapport à̀ 2019, sur les cinq premiers jours, la fréquentation des boutiques est inférieure pour 69% des commerçants, 17% identique à l’an passé́, et 14% supérieure. Sur l’ensemble de la période, elle est inférieure pour 64% et le chiffre d’affaires est inférieur pour 59 % des commerçants. Les remises les plus couramment pratiquées ont été de l’ordre de -20 – 30% pour 53% des commerces du territoire. “Près de 30% des commerces n’ont pas souhaité mettre en place une deuxième démarque”, ajoute la chambre. “70% des commerces ont en revanche mis en place une démarque supplémentaire dès la deuxième semaine avec un taux de remise de 40 à 50%.”

L’info du jour : “Les effectifs salariés ont été “impactés”. 23% ont réduit leurs effectifs, mais 76 % ont conservé un effectif identique à l’an passé́.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire