CECI EST UN TEST 1
Archives Brèves

RESPECT DU PATRIMOINE : LA VILLE FAIT DES PROMESSES

test2

A Rennes, les démolitions ont été nombreuses ces dernières années. Elles s’accélèrent même ces dernières semaines (Coq Gagby, boulevard de Metz, Cadets de Bretagne, avenue du Sergent Maginot, boulevard Chézy…). Mais les défenseurs du patrimoine et de l’âme de notre ville pourront peut-être dormir sur leurs deux oreilles.

Adjoint au maire de Rennes, chargé de l’urbanisme, Sébastien Séméril a fait quelques promesses à la presse locale. Il a promis tout bonnement de ne plus détruire un bâtiment classé trois étoiles dans l’inventaire du patrimoine local et d’élargir le nombre d’immeubles classés (2500 éléments ou parcelles seront protégés dans le futur PLU contre 1200 aujourd’hui http://www.20minutes.fr/rennes/2136375-20170920-comment-rennes-compte-renforcer-protection-patrimoine). “Il ne s’agit pas de mettre toute la ville sous cloche, mais de conserver les éléments qui façonnent l’âme et l’histoire de la ville” ajoute l’élu dans les colonnes du 20 Minutes. 

Comment expliquer ce revirement des élus rennais ? “Ils ont déjà beaucoup détruit !,” ironise un homme de loi. Mais pour beaucoup, la contestation des Rennais (à droite comme à gauche) était si forte que la ville pouvait difficilement ne pas agir…dans un contexte de plus en plus difficile pour les élus PS. “Ceux-ci sont fragilisés par l’arrivée des hommes et des femmes d’En Marche, par la droite locale et bien sûr par l’opposition de l’extrême gauche”, convient un observateur politique. “Ils ne peuvent plus se permettre d’être critiqués sur leur politique urbaine.” 

Le contexte politique aurait-il mis fin aux destructions parfois intempestives ? La ville veut aujourd’hui prendre en compte le patrimoine et c’est plutôt une bonne nouvelle. Elle veut même aller plus loin. “Certains sites ont échappé à notre vigilance en 2004. Nous avons besoin du regard des habitants pour compléter notre inventaire,” confie Jeanne Renan-Marty, dans les colonnes du journal de Rennes Métropole. Comme quoi la mobilisation dans la presse, dans la rue, dans les quartiers, peut parfois faire plier une politique urbaine…

Dans le cadre de l’aménagement urbain, le maire de Rennes rencontre les Rennais le jeudi 28 septembre à 20 h à la salle de quartier du Landry, le lundi 2 octobre à 20 h au Pôle social du Blosne, le mercredi 4 octobre à 20 h au Théâtre du Vieux Saint-Etienne, le vendredi 6 octobre à 20 h à l’Espace des deux rives, le mardi 10 octobre à 20 h à la Maison de quartier de la Bellangerais, le mardi 17 octobre à 20 h à la Maison de quartier de la Binquenais. 

La réaction des Amis du Patrimoine rennais : “A première vue, les nouvelles dispositions réglementaires pour la préservation du patrimoine local remarquable adoptées par “Rennes Métropole” après l’adoption du PLU RENNES 2030 semblent positives…Méfions nous cependant… Il est indiqué par exemple que pour les bâtiments dotés de 3 étoiles dans l’annexe du PLU, il y aura conservation obligatoire “sauf état sanitaire dégradé”… C’est ce genre d’expression qui nous inquiète fortement…Il peut être exploité dans un sens très nuisible ! On nous a déjà servi la mérule à tous les plats et on ne doute pas une seconde que les décideurs et promoteurs ont toujours en réserve foultitude de vermines de ce genre…Les choses sont obligatoirement à préciser et l’Association insistera sur ce fait lors de l’enquête publique de mi-2018 avant vote définitif du plan local d’urbanisme.” 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire