Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités

RAVE DE LIEURON : TROIS INDIVIDUS SUSPECTÉS D’ÊTRE LES ORGANISATEURS MIS EN EXAMEN

test2

Dans la nuit du nouvel an, à Lieuron, une rave rassemblait 2500 teufeurs. Le 04 janvier 2021, à la suite de cette fête, une information judiciaire était ouverte par le parquet de Rennes. Elle aboutissait à la mise en examen d’une personne âgée de 22 ans, à sa garde à vue et sa détention provisoire par le juge des libertés et de la détention (1). 

Depuis, quatre hommes âgés de 26 à 31 ans et habitant en colocation, ont été interpellés et placés en garde à vue le 6 janvier 2020. Trois d’entre eux l’ont été en Loire-Atlantique (44). Le quatrième, ayant quitté les lieux peu avant l’arrivée des enquêteurs a été interpellé au volant d’un poids-lourd contenant du matériel de sonorisation dans le département d’Indre-et-Loire (37).

A leur domicile, les forces de l’ordre ont saisi du matériel professionnel pouvant servir à l’organisation de soirées (équipement de sonorisation et de scène, enceintes, platines, talkie-walkie) et du numéraire (plusieurs milliers euros dont une grande partie en pièces de monnaie).

D’après le procureur de la République, trois d’entre eux sont déjà connus de la justice pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. Tous déclarent aujourd’hui avoir été présents à la free party de Lieuron, mais nient en revanche avoir participé à l’organisation de l’évènement. “L’un d’entre eux reconnaît toutefois avoir aidé à l’organisation du parking en début de soirée le 31 décembre 2020”, précise le Procureur de la République. 

Cet après-midi, ces quatre personnes ont été présentées aux juges d’instruction en charge de l’enquête. Trois d’entre eux ont été mis en examen (2). Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Une quatrième personne a été placée sous le statut de témoin assisté.

 

INFO DU JOUR : LA MANIF DE SOUTIEN EN FAVEUR DU TEUFEUR INCARCÉRÉ EST ANNULÉE PAR LES ORGANISATEURS

 

(2) pour organisation sans déclaration préalable d’un rassemblement festif à caractère musical dans un espace non aménagé, dégradation ou détérioration du bien d’autrui avec entrée par effraction, mise en danger d’autrui par violation manifestement délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence, ouverture sans déclaration préalable d’un débit de boisson à consommer sur place, exécution d’un travail dissimulé et aide à l’usage par autrui de stupéfiants.

 

(1) on lui reproche trois types d’infractions commises entre le 31 décembre 2020 et le 02 janvier 2021 : celles relatives à l’organisation et au déroulement de la free party proprement dite, celles relatives au trafic de stupéfiants nécessaire à la mise à disposition de stands proposant de telles substances durant cette manifestation, enfin, celles relatives aux dégradation et violences commises à l’encontre des gendarmes.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire