CECI EST UN TEST 1
Actualités

RAVE DE LIEURON : IMPORTANT MATÉRIEL SAISI ET DE NOMBREUSES INTERPELLATIONS

test2

Durant 36 heures, la free-party a rassemblé près 2500 teufeurs, à Lieuron, près de Guipry-Messac, dans le sud de l’Ille-et-Vilaine. Elle n’avait fait l’objet d’aucune déclaration en préfecture et a été organisée en violation des règles sanitaires en cours. A la suite de l’occupation et des dégradations d’un terrain et hangar privés sur la commune de Lieuron, le parquet de Rennes a ouvert une enquête confiée à la brigade de recherches de Redon et la section de recherches de Rennes

“Les éléments recueillis ont permis de confirmer le caractère payant de la manifestation sous la forme d’une contribution et la présence importante de produits stupéfiants à l’occasion de cet évènement.” Philippe Astruc

 

L’enquête judiciaire s’est concentrée sur l’identification des organisateurs de cette manifestation illégale. A cette fin, ce jour à 15 h, sur la commune d’Iffendic, une opération de police judiciaire a été conduite par la brigade de recherches de Redon, deux pelotons de gendarmes mobiles, 1 peloton de surveillance et d’intervention avec le soutien d’un hélicoptère, soit 70 gendarmes. Deux personnes, nées en 1998, sans antécédent judiciaire, ont été interpellées et placées en garde à vue.

Du matériel saisi 

Une perquisition a permis de saisir une somme d’argent (paraissant en première analyse résulter du partage de la caisse de cet évènement), des produits stupéfiants, un important matériel de sonorisation (16 enceintes de mur de son, 5 platines, 1 table de mixage,1 platine lumière, 2 groupes électrogènes et 1 rampe d’éclairage) et 1 véhicule poids lourd

En marge de la dispersion de la manifestation qui a donné lieu à de nombreuses verbalisations (1645 infractions ont été relevées dont 1225 liées au Covid et 225 liées à l’usage de stupéfiants AFD), sept personnes ont été placées en garde à vue. Trois l’ont été pour participation à la manifestation et infractions à la législation sur les stupéfiants. Deux l’ont été pour détention de matériel (1 table de mixage double platines et un groupe électrogène) et une pour recel de vol.

“L’action de l’Etat, dans sa dimension successive de maintien de l’ordre (sous l’autorité du préfet) et de police judiciaire (sous l’autorité du procureur), a permis de mettre fin sans violences à une fête illicite troublant fortement l’ordre public et de conduire une enquête judiciaire propre à éviter toute impunité. La véritable autorité de l’Etat réside dans cet équilibre exigeant”, tient à préciser le procureur de la République, ce soir. 

.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire