"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités

QUAND LES TRAVAUX IRRITENT LES RENNAIS

Ecrit par Dragan Brkic

À Rennes, il y a toujours eu des travaux qui bloquaient des voies de circulation, mais généralement la municipalité bretonne s’arrangeait pour les concentrer sur la période estivale durant laquelle les Rennais étaient moins présents…Mais à quelques mois des échéances municipales, il faut savoir parfois passer la vitesse supérieure !

Quelque chose a vraiment changé depuis quelques temps… Les travaux générés par la voirie, le chauffage, l’eau, les égouts et les constructions d’immeubles sont de plus en plus nombreux, et étendus sur toute l’année. De l’avenue Gaston Berger à l’ouest jusqu’à la rue de Châteaugiron à l’est, du boulevard des Alliés au nord jusqu’à l’avenue du Canada au sud de la ville, les travaux s’additionnent et surprennent les usagers, voire les irritent.

“Je ne sais plus par où passer… Chaque jour, je tombe sur des travaux inopinés ? On se croirait au Far West”, explique Jean-Pierre, un automobiliste utilisant les différents axes rennais pour ses besoins professionnels et familiaux. Mais comme lui, tous ne sont pas si furieux. “C’est vrai que je suis gêné, mais je prends mon mal en patience”, contredit un autre conducteur. 

D’autres encore acceptent la gêne en anticipant. “Il faut bien des travaux pour améliorer notre qualité de vie ! Moi j’anticipe en consultant l’application de Rennes métropole”, déclare Marie, une conductrice occasionnelle. Quoi qu’il en soit, d’aucuns, comme Eric, pensent que la municipalité pourrait améliorer les itinéraires de déviation. “Je veux bien qu’il y ait des travaux, mais il faut qu’ils soient annoncés en amont et qu’on nous ouvre plus de voies de délestage. La circulation alternée ou sur une voie, ce n’est pas suffisant”.  Application concernant les travaux.  Travaux sur twitter

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

1 Commentaire

  • Bonjour, ça n’est pas une spécificité de Rennes : toutes les grandes villes, notamment celles qui connaissent une forte croissance de population, comme Rennes, sont truffées de travaux, toute l’année. La période estivale n’est pas plus utilisée que les autres car au mois d’août les 3/4 des entreprises sont fermées ou tournent au ralenti.
    Ceci dit, on pourrait mieux les gérer. Deux responsabilités : la Ville, qui planifie trop souvent mal la succession des travaux, quand elle ne le fait pas exprès pour faire travailler certaines entreprises (une creuse pour changer les canalisations d’eau, quelques semaines plus tard on recreuse pour faire passer autre chose. C’est un grand scandale qui a rarement été abordé – tout le monde en croque – mais que les entreprises reconnaissent, en “off”). L’autre responsabilité provient des entreprises elles-mêmes, leurs agents sur le terrain et surtout leurs cadres : primo, par flemme ou démotivation et manque de considération des usagers, ils ne mettent les panneaux déviation qu’au plus près, sans se mettre à la place des automobilistes, livreurs etc. Secundo : il suffit qu’un ne fasse pas correctement son boulot pour que le chantier s’éternise. Un exemple : on change les lampadaires de rue, sauf que quelqu’un a omis de vérifier si des lampadaires neufs sont en stock ou commandés. Ils ne le sont pas : 10 jours de plus sur un chantier près de chez moi (dixit un chef de chantier avec qui j’ai causé).
    Les seuls travaux pour lesquels on met le paquet et on organise bien ce sont les travaux sur les routes vitales, très empruntées : les rocades, périphériques et nationales, où l’on travaille même la nuit !

Laisser un commentaire