"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

POLITIKOS : UN BIDE POLITIQUE ?

Ecrit par Dragan Brkic

Le festival Politikos vient de s’achever presque en catimini, à l’écart des citoyens rennais plus préoccupés par le marché des Lices, les concerts, la Route du Rhum et les promenades dans la nature. Pourtant, les organisateurs, par la voix de Jean-Michel Djian, n’en démordent pas : le festival s’est bien déroulé et c’est un succès.

Le président du festival en oublie toutes les fausses notes, certaines même dévoilées par son journal partenaire du festival, Ouest-France, dans son édition de lundi ; d’autres par les réseaux sociaux comme le tweet assassin de Karl Zéro refusant de venir au festival et se moquant “du prétendu premier festival du film politique.”

Adjoint au maire à la démocratie locale de la Ville de Rennes, Jean-Marie Goater résume le malaise général ressenti par de nombreux rennais, de bords politiques parfois opposés. Il reproche au festival un entre-soi, un manque de fond et de mise en perspective, des intervenants égotiques, un public clairsemé, loin d’être diversifié et populaire, aucune attache locale, une gabegie financière, un manque de remise en cause…

L’élu écologiste teinte même sa critique d’un fond d’ironie en proposant de remplacer ce festival inerte et inepte par le contre-festival, Politik’off, s’étant déroulé au théâtre de la parcheminerie et dans divers lieux rennais, le même week-end.  Le festival Politikos aura fait parler de lui, mais plus par les critiques qui lui ont été adressées que par le contenu qui n’a intéressé qu’un public d’initiés.

Les organisateurs auront-ils l’intelligence, la décence, de s’en tenir à une seule édition à Rennes ? Derrière le contexte politique, de plus en plus tendu par des préoccupations quotidiennes de mobilité, de protection du patrimoine et de sécurité pour les affaires locales, les débats concernant les dessous et les petites histoires des politiciens paraissent décalés, vraiment à côté de la plaque.  Là-dessus, Jean-Marie Goater et ses acolytes, auront convaincu. Le débat se situait ailleurs sans doute…

L’ambiance à Politikos :  Ludivine raconte que durant le festival elle n’a pas pu voir l’exposition sur les Présidents, de Gaulle à Macron, à cause de la présence de Jean-Yves Le Drian alors que les visiteurs étaient peu nombreux et que les sacs avaient été fouillés à l’entrée.

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire