CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Politique

POLICE MUNICIPALE : GRÈVE ET RÉACTION DE LA DROITE

test2

Depuis quelques mois, Nathalie Appéré et ses amis refusent d’armer la police municipale. Malgré l’annonce de douze postes supplémentaires (https://www.rennes-infos-autrement.fr/apaiser-police-maire-lui-donne-12-policiers-cameras/),  les policiers municipaux ont fait beaucoup de bruit pour protester contre l’attitude de la mairie, vers 14 heures, ce mercredi 16 novembre 2016, place de la République. 

En grève, les policiers municipaux reçoivent ce soir le soutien de Bertrand Plouvier, chef de file de la droite et du centre à Rennes. “La tranquillité publique des Rennais mérite mieux que les mesurettes de la Maire de Rennes”, explique-t-il dans un communiqué envoyé à notre rédaction. Il se félicite toutefois de l’augmentation des effectifs de la police municipale, la mise en place d’une brigade canine et d’équipements de protection. “Il s’agit de propositions que j’ai renouvelées à plusieurs reprises durant ces dernières années. Elles sont cependant insuffisantes ! A Rennes ; nous comptons seulement 2,8 policiers municipaux pour mille habitants,3,2 à Nantes, 4,3 à Bordeaux et 5,2 à Caen…”, ajoute-t-il. 

Pour lui, il faut donc aller bien plus loin. “Dans un contexte où tout homme revêtant un uniforme est considéré comme une cible potentielle, nous devons ouvrir un débat au conseil municipal sur les missions de notre police municipale, leur armement, leur équipement ainsi que sur les outils d’aide à l’investigation (extension du dispositif vidéo protection)”, ajoute-t-il. Le chemin sera long pour redonner confiance à nos agents dont je salue le travail effectué dans des conditions difficiles.»

 

Pour en savoir plus : bataille de chiffres

“Rennes reste, parmi les grandes villes françaises, l’une des moins touchées par les faits de délinquance”, explique Nathalie Appéré, mairie de Rennes. “Les chiffres fournis par la police nationale montrent une stabilité, de ce point de vue, depuis le début des années 2000. Pour autant, le climat s’est alourdi ces derniers mois. Des incivilités les plus simples aux faits de délinquance, un certain nombre d’agissements dégradent la vie quotidienne.” Mais pour Bertrand Plouvier, la maire de Rennes base son évaluation des faits de délinquance à Rennes sur des statistiques. “Le contexte actuel empêche ces chiffres d’être représentatifs de la réalité du terrain. En effet, beaucoup de Rennais victimes d’incivilités et de la petite délinquance ne portent plus plainte. Ils sont découragés par le regrettable manque d’autorité de l’Etat et l’absence de réponse judiciaire.”

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire