maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

PLAQUE OUBLIÉE : LA NIÈCE DU GÉNÉRAL

test2

Petite fille de Pierre Gourdon, auteur de romans populaires, Geneviève de Gaulle-Anthonioz était la nièce du Général de Gaulle et la fille du frère aîné de notre célèbre président de la République. Née le 25 octobre 1920 à Saint-Jean-de-Valériscle (Cévennes), elle est moins connue mais quel destin !

Sa famille vécut en Sarre occupée jusqu’en 1935. Après son départ d’Allemagne, elle s’installe à Rennes, au 10 rue de Robien. En 1939, elle décide de s’inscrire en fac d’histoire de la capitale bretonne pour intégrer l’École nationale des chartes, tout comme son oncle Julien-Philippe. Sous l’occupation, l’étudiante rennaise entre dans la résistance sous le nom de Germaine Lecomte. A Rennes, elle arrache un fanion nazi, déchire des affiches allemandes, fabrique des croix de Lorraine, imprime et diffuse des tracts contre les nazis et le Régime de Vichy. Après la capitale bretonne, elle rejoint en 1941 Paris où elle intègre dans le Groupe du musée de l’Homme pour des opérations de renseignement et d’information.

Déportée à Ravensbück

Arrêtée sur dénonciation par la Gestapo française, Geneviève est déportée en février 1944 au camp de Ravensbrück où elle y sera détenue jusqu’à la libération du camp par l’Armée rouge en avril 1945. Là-bas, elle fait la connaissance de quatre résistantes : Jacqueline Péry d’Alincourt, Suzanne Hiltermann, Anise Postel-Vinay et Germaine Tillion. De cette expérience, elle écrivit plus tard la Traversée de la Nuit. Après la guerre, la jeune femme lutte contre la pauvreté et assure la présidence de l’antenne française d’ATD Quart Monde de 1964 à 1998. Elle meurt le 14 février 2002 à Paris.

Treize ans après son décès, elle entre au Panthéon, avec un cercueil ne contenant cependant que de la terre issue de son cimetière, sa famille ne voulait pas qu’elle soit séparée de son mari. Aujourd’hui, plusieurs établissements scolaires portent son nom, notamment dans le Gard, l’Hérault, la Haute-Savoie. De nombreuses communes ont baptisé une de leur rue ou place du nom de la nièce du Général (Paris 15e, Rennes, Millau, Athis-Mons, Compiègne, Romans-sur-Isère, Chambéry…). À Rennes, le 27 mai 2015, à l’occasion de la cérémonie de son entrée au Panthéon, une gerbe fut déposée par le préfet et la maire de Rennes Nathalie Appéré, rue Geneviève-de-Gaulle-Anthonioz et une plaque inaugurée au 10, rue de Robien.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire