CECI EST UN TEST 1
Actualités Sport

PAS DE LIEU D’ENTRAÎNEMENT POUR LE HAND FÉMININ : LA MÉTROPOLE SOCIALISTE NE VEUT PAS AIDER LES ROSES !

test2

Le Saint-Grégoire Rennes Métropole Handball (SGRMH) évolue en division 2 féminine. Il excelle en compétition. Le 23 août, le club a gagné, en amical, contre le Havre. Mais la belle dynamique pourrait bien s’arrêter là. « Le premier match de championnat 2022-23 à Palente sera peut-être le dernier de la saison », s’emporte Olivier Mantès, manager général de la formation dans un communiqué.  « Malgré nos demandes de prise en considération auprès des différentes collectivités locales, aucune solution ne nous a été proposée. À partir du mardi 6 septembre, le SGRMH, club de LFH, ne pourra plus s’entraîner faute de lieu mis à disposition. »

Nous avons besoin d’une salle 40×20 couverte et disponible de 18 h à 20 h 30 du mardi au vendredi », assure Olivier Mantès.

Devant ce constat, le manager ne voit pas d’autre issue que d’arrêter son activité. « Toutes nos propositions ont subi un refus des collectivités. Par l’intermédiaire de Jean Luc Bosse, nous avons même fait une demande de transformation d’un hangar en salle 40×20. À nos frais. Nous aurions été ainsi le seul club de handball en France, propriétaire de son centre d’entraînement… »

Mais le plan local d’urbanisme de Rennes Métropole interdit la construction de nouvelles salles de sport. Pourtant, il existerait une solution. « L’équipe a trouvé un lieu correspondant à ses besoins. Cette infrastructure n’est utilisée ni par une formation ni par des élèves en scolarité. Elle est gérée par une collectivité locale, partenaire financier. »

Il nous paraît très peu probable qu’il y ait une réelle volonté d’appuyer le seul club professionnel féminin d’Ille-et-Vilaine dans son développement vers le haut niveau. »

Si les collectivités ne tendent pas la main, le club organisera un dernier match le samedi 10 septembre. « Le match de coupe de France contre Bouillargues clôturera la saison. Tous les supporters et amis seront invités à rendre hommage au travail des bénévoles et salariés durant ces 20 ans d’existence et 10 ans de professionnalisation. Pour la première fois, les roses joueront en tenue extérieure… noire pour être bien dans le thème de l’enterrement. »

Infos + : Ce club emploie 20 salariés pour un budget de 650 000 euros, dont environ 1/3 sont issus des fonds publics

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire