maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

OPÉRA DE RENNES : UN PLAFOND SIGNÉ LEMORDANT

test2

L’opéra de Rennes est situé sur la place de la mairie. Il fut dessiné par Charles Millardet (1800-1847) et érigé par Pierre Louise (1792-1841). Inauguré le 29 février 1836, ce théâtre est construit dans un style néoclassique et possède une magnifique salle à l’italienne.

Pendant de l’hôtel de ville de Jacques Gabriel, cet opéra reçut au début du XXe siècle un décor peint signé par Jean Julien Lemordant pour son plafond. Commandée à l’artiste par la mairie de Rennes en 1912 dans le cadre des grands travaux engagés par le maire Jean janvier, l’œuvre fut mise en place en 1914, à la veille de la Seconde guerre mondiale.

L’artiste breton représente ici un “cortège des Panthénées de la Bretagne”, selon Georges Huysman. En d’autres mots, il rend la vie à une grande ronde de danseurs vêtus de costumes de Plougastel, de Fouesnant, Quimper et Pont-l’Abbé. “Le choix fait par l’artiste de représenter des danseurs bretons, plutôt que d’évoquer la danse par le langage allégorique et mythologique alors en vigueur dans le décor public, ainsi que l’emploi de couleurs vives et contrastées, furent loués par la critique”, explique aujourd’hui le Musée des Beaux-Arts de Rennes possédant et exposant quelques esquisses préparatoires.

Aussi talentueux que Mathurin Méheut, Jean-Julien Lemordant (26 juin 1878 à Saint-Malo et mort à Paris le 11 juin 1968) a fréquenté les cours du soir de l’école des Beaux-Arts de Rennes. Il est connu pour avoir peint la salle à manger de l’hôtel de l’Epée à Quimper et cinq grands ensembles visibles aujourd’hui au Musée des beaux-arts de Quimper. Il meurt à la suite d’une complication pulmonaire, incommodé qu’il fut par les gaz lacrymogènes de Mai 1968. Le plafond peut être vu lors des Journées du Patrimoine. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire