Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités coronavirus

ON NE POURRA PLUS ALLER AU TROQUET DURANT TROIS SEMAINES !

test2

En ce vendredi 23 octobre 2020, les Rennais ne retournent pas en confinement. Mais on les prive de leurs loisirs. Ils n’ont plus le droit de boire un coup dans les bars durant trois semaines minimum jusqu’au 13 novembre inclus. Ils n’ont plus le droit de faire du sport (sauf prescription médicale), de se rendre à la piscine et dans des événements sportifs de 1000 personnes. Seule exception, ils pourront toujours manger jusqu’à 21 heures dans la limite de six personnes à la même table. “La fermeture des bars et l’interdiction des salles de sport sont des mesures automatiques accompagnant le décret ministériel et instaurant le couvre-feu dans les zones de circulation active du virus”, précise la préfète Michèle Kirry, aux côtés de la directrice du cabinet de l’Agence régionale de santé et en l’absence remarquée de la maire de Rennes, Nathalie Appéré.

Pas de chance non plus pour les Rennais qui souhaiteraient être un peu moins muselés par leur masque : ils ne pourront pas se rendre à la campagne et sur tout le territoire de l’Ille-et-Vilaine sans leur protection. L’ensemble de ces mesures s’explique selon la préfète par une accélération de la pandémie. “Nous sommes passés de 167 cas ce jeudi 22 octobre à 191 cas pour 100 000 habitants ce vendredi 23 octobre (20 cas pour 100 000 habitants en août 2020)”, confie la directrice de cabinet de l’Agence régionale de Santé, Anne-Briac Billi.

Il faut relativiser !

La préfète veut toutefois essayer de relativiser. ” J’appelle à combattre le découragement et l’anxiété”, confie-t-elle. “Nous pouvons continuer à sortir, à faire des courses et à nous rendre au restaurant.  Nous pouvons voir nos conjoints et notre famille proche. Il faut éviter les interactions.  Ce pays en a vu d’autres et d’autres citoyens dans d’autres pays souffrent bien plus. Nous allons y arriver et sans chercher surtout des boucs émissaires. Ne perdons pas courage.”

Pour rappel, le non-respect du couvre-feu entraînera une amende de 135 € majorée de 375 en cas de non-paiement ou de non contestation. En cas de récidive, l’amende sera fixée à 200 € ,majorée à 450 €  et, en cas de trois infractions en 30 jours, une amende de 3750 € sera passible ainsi que six mois d’emprisonnement.

Phrase du jour : “Si les établissements sont classés bars, servir trois rondelles de saucisson ne peuvent justifier leur ouverture !”, explique la préfète qui plus sérieusement rappelle que “les bars fermés ne pourront pas s’improviser “petite restauration.” 

Les autres interdictions : fermeture au public des salles de jeux, des casinos, des bowling, des escape game, des salles d’exposition, des discothèques et des salles de danse. Interdiction de tout rassemblement de plus de six personnes dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public sauf dans les transports en commun, les établissements autorisés à recevoir du public, les manifestations revendicatives, les réunions professionnelles, les cérémonies funéraires et les visites guidées.

Les attestations dérogatoires de déplacement sont déjà disponibles sur le site du ministère de l’intérieur. Il est toutefois possible, comme pendant le confinement, de recopier l’attestation à la main sur papier libre.

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire