CECI EST UN TEST 1
Actualités

MUNICIPALES : L’EX-BUTEUR DU STADE RENNAIS ENTRE DANS LA PARTIE !

test2

Avec sa petite et fine moustache, sa tignasse blonde, Erik van den Boogaard ne passait pas inaperçu sur les pelouses du Stade de la route de Lorient. Arrivé en novembre 1987, il repart deux ans plus tard avec à son actif 55 buts dont dix doublés en division 2. Mais après la venue du Camerounais François Oman-Biyik, l’ex-joueur du PSV Eindhoven est poussé vers la sortie. Dure réalité pour celui qui fut sans aucun doute le grand artisan de la remontée en division 1 avec Pierrick Hiard, Michel Sorin, Laurent Delamontagne et bien sûr Serge Le Dizet.

                            Un footballeur polyglotte

De cette période, le Néerlandais conserve quelques bon souvenirs : son doublé face au RC de Strasbourg et un joli parcours en coupe de France. Mais plus encore, il garde en mémoire les cafés pris avec ses coéquipiers place Sainte-Anne avant l’entraînement et sa seconde maman, “Monique”, propriétaire d’un bistrot à Montgermont. “Je me sentais très bien à Rennes. L’accueil y a été chaleureux.”

Après le football, le Néerlandais devient un spécialiste de l’immobilier international et responsable international dans différents groupes. Quoi de plus normal, l’homme est polyglotte (français, allemand, anglais et hollandais) et aime manager. “A 22 ans, j’étais mon propre manager”, explique-t-il. “Je préférais faire mes erreurs moi-même que de les laisser faire aux autres. J’ai ainsi renouvelé tout seul mon propre contrat avec le Stade Rennais.”

                           Amoureux de Rennes

Trente ans plus tard, Erik van den Boogaard est revenu à Rennes.” Je suis ici chez moi”, assure-t-il. ” J’y connais toutes les rues, j’y ai des amis et j’adore la côte bretonne.” A Rennes depuis quelques années, il a décidé de se présenter sur la liste de Charles Compagnon. ” Je n’aime pas trop être politisé”, convient-il. “Je n’ai jamais aimé les dogmes. Mais avec Charles Compagnon, je sens autre chose. J’ai l’impression qu’il aime Rennes.”

Chez son mentor, il sent l’âme d’un gagnant.  “Il a beaucoup de potentiel et de qualité. Il s’est entouré de gens avec de l’expérience.” Comme sa tête de liste, il veut devenir un renard des surfaces politiques. “On est là pour marquer. On est là pour gagner. Il faut aller de l’avant pour faire de Rennes une capitale de sport et réorganiser le sport amateur”», assure-t-il crânement. Car avec lui, il n’y aurait pas de place à l’à-peu-près. “Je vois beaucoup d’attaquants. Mais au moment où le ballon arrive, ils ont dépensé tellement d’énergie ailleurs qu’ils ne sont pas là où il faut pour envoyer le ballon dans les filets. Le buteur est en revanche toujours là au bon moment.” S’est-il engagé dans la future équipe gagnante ? Réponse à la mi-mars prochain.

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

2 commentaires

  • Bonjour, il serait peut-être bien de préciser que Charles Compagnon est le président du Carré Rennais, l’association des commerçants du centre-ville de Rennes. Très proche de LREM.

    • Bonjour, Notre but était d’évoquer une candidature insolite et non d’encourager un quelconque parti. Pour votre gouverne, Charles Compagnon est candidat de la droite ! Merci encore de nous lire.

Laisser un commentaire