portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Culture

MORT DE PHILIPPE PASCAL : RENNES EST SADE 

Philippe Pascal, âgé de 63 ans, était une figure rennaise. Il était un enfant de la capitale bretonne qu’il n’avait jamais quittée même pour les sirènes parisiennes du show-bizz. À 63 ans, notre rock star est décédée jeudi soir à son domicile. Il a décidé de quitter ici-bas, après une vie parfois de bas mais surtout de hauts. “C’est avec une immense tristesse que nous avons appris la mort de Philippe,” a dit sur sa page Facebook, Franck Darcel, membre du groupe Marquis de Sade.

Cet homme-là que l’on aimait croiser dans les rues rennaises était notre star, notre légende. Chanteur du groupe Le Marquis de Sade puis de Marc Seberg, il a marqué de son empreinte la vie rennaise, la scène musicale de la capitale bretonne. Avec son allure d’éternel adolescent, il avait le regard un peu sombre comme il imaginait sans doute la vie. Mais quel talent ! Quel déhanchement ! Une sorte de météorite rock aux accents baudelairiens !

Loin de Paris, il était devenu l’icône des années 80. Il était notre référence musicale. Remontant sur scène il avait retrouvé son public en septembre 2017, lors d’un concert exceptionnel au Liberté, à Rennes, devant 3000 personnes. On pensait même qu’il avait trouvé une certaine sérénité. Mais que nenni, Philippe Pascal, le chanteur de Wanda’s Living Boy n’aura jamais eu un destin comme les autres. Il rejoint aujourd’hui une autre figure du rock français, Daniel Darc, lui aussi parti trop tôt ! Deux pertes inconsolables pour les amateurs du Dark rock.

Né le 17 mai 1956 à Sidi-Bel-Abbès (Algérie), Philippe Pascal était aussi poète. Il avait publié Ligne de fuite. Son groupe préparait même un nouvel album dont la sortie est annoncée avant l’été 2020. D’après nos informations, la piste du suicide serait privilégiée par les policiers. Une enquête est en cours. Pour en savoir plus sur le chanteur emblématique : l’article de Libération,  Télérama et des Inrocks

La réaction des Trans.“On avait fait un super concert avec eux, il y a deux ans en septembre (2017). Ils étaient aux premières Trans en 1979 et c’est là qu’ils ont explosé dans les médias, et réciproquement, ils ont été le déclic”, a réagi Jean-Louis Brossard, le directeur artistique du festival des Transmusicales de Rennes. “Ils ont commencé en 1977-1978, c’était l’esprit du punk rock très rock, ça changeait de ce que l’on écoutait avant, c’était des mecs avec de l’énergie, à l’époque il y avait Joy Division, Iggy pop. Le marquis de Sade, eux, ils étaient particuliers.”

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire