21.6 C
Rennes
mardi 16 juillet 2024
AccueilActualitésMEURTRE À LA MACHETTE : UNE FEMME DE 18 ANS DEVANT LE TRIBUNAL, APRÈS...

MEURTRE À LA MACHETTE : UNE FEMME DE 18 ANS DEVANT LE TRIBUNAL, APRÈS LA DIFFUSION D’UNE VIDÉO

Lundi 29 mai 2023, un homme était tué à coups de machette devant la station de métro de Fréville. Un jour plus tard, la vidéo de son agonie était diffusée sur les réseaux sociaux (Twitter). Ce mercredi 7 juin, la jeune femme, soupçonnée d’avoir filmé et retransmis la victime, comparaissait dans le cadre d’une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rennes.

Des images «terribles»

La vidéo d’une dizaine de secondes était insoutenable. Elle présentait la victime, titubant et tombant dans un escalier. Elle avait été partagée des milliers de fois notamment, au sein de différents collèges et lycées rennais. Immédiatement, le procureur de la République, Philippe Astruc, avait évoqué son effroi, résumant l’avis de nombreux Rennais et Rennaises.

Très rapidement, grâce aux images de vidéosurveillance, la jeune femme était confondue par les enquêteurs de la DTPJ (Direction territoriale de la police judiciaire). Absente de son domicile, lors de l’arrivée des policiers, elle se rendait elle-même et plus tard au commissariat où elle reconnaissait en garde à vue avoir filmé pour « se protéger » au cas où. « Car j’ai pris peur », explique-t-elle. 

Des zones d’ombres restent néanmoins à éclaircir. Des messages auraient été supprimés de son téléphone avant son placement en garde à vue », estime le parquet. 

Devant les magistrats, la jeune femme d’origine africaine, toute menue, aux cheveux courts, s’exprime d’une voix enfantine. Immédiatement, elle demande un délai pour préparer sa défense. Inscrite à la Faculté de Rennes 2 en AES, mais ayant décroché au bout de quelques mois, elle travaille aujourd’hui dans un restaurant dans le quartier du colombier, en attendant de passer le concours de gendarmerie. « C’est une employée ponctuelle, souriante et travailleuse », expliquent ses patrons. 

Consterné par cette affaire, Hubert Lesaffre, vice-procureur de la République, ne mâche pas ses mots. « Des milliers d’élèves rennais ont vu la vidéo. Ils ont aperçu cet homme, baignant dans son sang, comme une bête agonisante, en train de mourir en direct devant eux. » Compte tenu du trouble manifeste à l’ordre public, le parquet a requis la détention provisoire de la prévenue, dans l’attente de son jugement. 

En réponse, l’avocat de la défense Maxime Tessier tente de minimiser l’implication de sa cliente. « Elle n’est en rien responsable de l’ampleur de la diffusion des vidéos ni du meurtre commis. »   Après en avoir délibéré, la justice ordonne le placement sous contrôle judiciaire de la jeune femme, avant le procès qui aura lieu le 19 juillet 2023, à 15 h. Sous escorte, elle est ressortie libre de la juridiction. Le tribunal a délivré une commission rogatoire à la police judiciaire de Rennes afin d’exploiter le téléphone de la prévenue avant la prochaine audience. 

// Dernières nouvelles publiées

UN FORCENÉ MAÎTRISÉ PAR LES HOMMES DU RAID

Vers 15 h, ce mardi 16 juillet, dans le quartier Cleunay, une partie de la rue Philippe Lebon a été bloquée par les forces...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser