11.4 C
Rennes
jeudi 22 février 2024
AccueilActualitésLES ÉTUDIANTS N’ONT PLUS LE DROIT DE CITÉ 

LES ÉTUDIANTS N’ONT PLUS LE DROIT DE CITÉ 

Ce jeudi 9 février 2023, le préfet d’Ille-et-Vilaine Emmanuel Berthier tient une conférence de presse. Il évoque la sécurité dans la capitale bretonne. Au moment où le journaliste du quotidien Ouest-France l’interroge sur l’occupation estudiantine de la salle de la Cité, les policiers et les gendarmes sont déployés sur les lieux pour évacuer les étudiants. « Vous serez mis au courant suffisamment tôt », répond l’autorité préfectorale, sibylline.  

Bloquée depuis le mercredi 8 février (voir notre article : https://www.rennes-infos-autrement.fr/loccupation-de-la-salle-de-la-cite-votee-par-des-etudiants-en-greve/), la Maison du peuple est un endroit emblématique de la contestation sociale. Déjà occupée en 2016 (lors de la grève contre la loi Travail), la maire de Rennes, Nathalie Appéré, ne voulait pas se retrouver, encore une fois, en proie à une polémique de son opposition. Elle a demandé le concours de la force publique qui est intervenue ce matin, vers 11 heures. 

Immédiatement sur place, les gendarmes et les policiers (environ 150 hommes) ont quadrillé la zone. Mais ils ont trouvé face à eux quelques irréductibles réfugiés sur le toit (une vingtaine de personnes). Devant leur résistance à redescendre par l’escalier, les autorités (représentées par Élise Dabouis, directrice de cabinet du préfet) ont déployé d’importants moyens. Elles ont sollicité l’aide des pompiers du Grimp (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) qui, un à un, ont délogé les étudiants pour éviter leur chute. 

Infos + : Vingt-six personnes dont six femmes ont été interpellées. Six mineurs ont été remis aux parents. Trois individus ont été placés en garde à vue pour refus de signalisation suite à vérification d’identité (sources : police). 

À bord de la nacelle de la grande échelle, certains manifestants (aux côtés d’un représentant de l’ordre) faisaient le V de la victoire. D’autres étaient plus discrets. Une fois sur terre, ils faisaient l’objet d’un contrôle d’identité. Faute de papier, une dizaine d’entre eux ont été conduits au poste de police sous bonne garde et sous les cris de partisans. « Libérez, nos camarades », pouvait-on entendre. Vers 14 h 30, l’opération se terminait dans le calme. Place Sainte-Anne, rue Saint-Louis, la foule se dispersait petit à petit dans les rues adjacentes. Une manifestation aux flambeaux est prévue, ce soir, à l’appel du syndicat Sud PTT. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

ENTRE RENNES ET SAINT-MALO : GROSSES PERTUBATIONS POUR LA SCNF

En raison de la dépression Louis, des conditions météorologiques sont difficiles en Ille-et-Vilaine ce jeudi 22 février 2024. Météo France a même émis une...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser