21 C
Rennes
vendredi 12 avril 2024
AccueilActualitésOCCUPATION DE LA SALLE DE LA CITÉ : L’AFFAIRE DEVIENT POLITIQUE 

OCCUPATION DE LA SALLE DE LA CITÉ : L’AFFAIRE DEVIENT POLITIQUE 

« Après le blocage de Rennes 2 par une minorité peu soucieuse de la liberté d’étudier, cette même minorité vient d’envahir la salle de la Cité (voir notre article) », dénonce Charles Compagnon, leader du centre droit de Rennes. « Ce mouvement politique récolte ironiquement le retour de flammes, après avoir allègrement soufflé sur les braises, notamment par la voix d’un de ses députés, Louis Boyard. La désobéissance civile prônée par les Insoumis, et légitimée par association par la majorité municipale a désormais un goût amer pour la NUPES comme pour la maire qui a beau jeu de demander l’évacuation de la Cité. »

« Oui, il faut débloquer l’Université de Rennes 2 pour permettre à la liberté de se déplacer et d’enseigner d’être respectée », ajoute l’élu de l’opposition. « Oui, la salle de la Cité, propriété des Rennais, doit être libérée d’une minorité fantasmant un nouvel épisode insurrectionnel. Nous vivons dans un pays où l’expression politique est garantie de maintes manières par nos libertés fondamentales ainsi que par le jeu des institutions et des corps intermédiaires. L’insurrection et les violences qui en résultent sont tout simplement antidémocratiques et doivent être condamnées sans hésitation ou indulgence idéologiques. »

Face aux critiques, la maire de Rennes Nathalie Appéré a tenu à rappeler son engagement. « Les forces de l’ordre, sous l’autorité du Préfet, ont procédé, à ma demande, à l’évacuation de la salle de la Cité. Après l’opération de ce matin, les services municipaux entreprennent immédiatement la mise en sécurité de l’équipement, et un constat d’huissier est dressé. La Ville va déposer plainte. » Et de préciser : « La salle de la Cité est un élément majeur du patrimoine et de l’histoire de Rennes. Elle venait de retrouver tout son lustre, après d’importants travaux de rénovation. Aujourd’hui, c’est un sentiment de colère qui domine. Des dégradations ont été commises, du matériel a été volé. Les auteurs devront répondre de leurs actes devant la justice. »

L’élue rennaise tient toutefois à rappeler son désaccord à la politique gouvernementale. « Je suis pour ma part opposée à la réforme des retraites, je l’ai exprimé dans le débat public et continuerai de le faire. Mais en démocratie, un mouvement social, quelle qu’en soit la cause, ne saurait justifier l’usage de la violence, la casse, l’intimidation. Les appels irresponsables à l’insurrection sont tout aussi condamnables. Je le redis ces groupes radicaux qui s’en prennent aux forces de l’ordre, aux commerces, aux bâtiments. Notre ville a trop souffert de leurs exactions et doit être protégée. » Lors du mouvement contre la loi El Khomri, la dernière invasion de la salle de la Cité par des jeunes, en 2016, s’était également soldée par de nombreuses dégradations, malgré une convention d’occupation temporaire signée avec Solidaires 35. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

COUP DE FILET CHEZ LES TRAFIQUANTS DE STUPÉFIANTS 

Le 27 avril 2023 débute une enquête sur le point de deal implanté au niveau de l’immeuble du 4 place du Banat, à Rennes....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser