13 C
Rennes
dimanche 14 juillet 2024
AccueilActualitésL’AGRESSEUR DES VIEILLES DAMES DÉCLARÉ PÉNALEMENT IRRESPONSABLE

L’AGRESSEUR DES VIEILLES DAMES DÉCLARÉ PÉNALEMENT IRRESPONSABLE

Tout commence le 27 février dernier. Victime d’une agression, une femme âgée de 82 ans se rend au bureau de police de Maurepas, à Rennes. Elle fournit une description précise de son assaillant aux forces de l’ordre et raconte l’innommable. L’homme, originaire de Djibouti, vient de lui frapper la tête contre le montant de la porte avant de tirer vivement sur son sac à main.

Ni une, ni deux, les policiers repèrent le délinquant à une terrasse d’une boulangerie. Ils l’interpellent en flagrant délit au moment où il s’en prend une nouvelle fois à une dame âgée pour lui dérober son portefeuille. Cette arrestation met fin à une série de méfaits commis dans les quartiers de Villejean et de Maurepas, dont 17 vols, tentatives de vols, escroqueries et trois agressions de femmes âgées.

Présenté une première fois devant le tribunal le 22 avril 2024, l’accusé n’avait pas eu l’occasion de s’exprimer. Son avocat, Maître Maxime Tessier, avait demandé une expertise psychiatrique pour évaluer la responsabilité pénale de son client, connu pour ses troubles du comportement et son état schizophrénique. Après un deuxième report le 6 juin dernier, le prévenu comparaissait le 20 juin 2024. Mais il se murait dans le silence, après s’être plaint de maux de tête.

De l’autre côté de la barre, les victimes étaient plus volubiles. Elles mettaient en avant des butins dérisoires (sac de tomates). Elles dénonçaient aussi des coups extrêmement violents ayant entraîné de graves blessures (fractures des rotules, du sinus, du bras, des lombaires, de la mâchoire, du radius, lunettes brisées, traumatisme crânien…). Au regard de l’expertise délivrée par les médecins, le parquet a requis le placement en unité psychiatrique du prévenu.

Le tribunal a déclaré finalement l’inculpé irresponsable pénalement, ordonnant son hospitalisation complète au centre hospitalier psychiatrique Guillaume-Régnier. En dépit de son impunité, l’homme doit indemniser les victimes à hauteur de 50 000 euros et payer les frais d’avocats. Il lui est également interdit de contacter les victimes pendant dix ans.

Article précédent
Article suivant

// Dernières nouvelles publiées

L’ARTILLERIE LOURDE AU PARLEMENT

La place du Parlement de Bretagne a été le théâtre d’une cérémonie exceptionnelle à l’occasion de la Fête nationale, ce samedi 13 juillet 2024....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser