CECI EST UN TEST 1
Actualités Patrimoine

HÉDÉ : LA PETITE VILLE PERCHÉE

test2

Jadis, les Rennais qui partaient à Saint-Malo passaient dans les virages de Hédé-Bazouges. Ils s’arrêtaient parfois dans les restaurants le long de la route. Mais peu d’entre eux faisaient le détour par le centre-ville de cette charmante commune de la Bretagne romantique. Aujourd’hui, c’est bien pis encore. Les automobilistes snobent à tort ce gros bourg charmant aux 2000 âmes pour filer vers la côte d’Émeraude !

Hédé en images :

Une ville perchée

A 20 kilomètres au Nord de Rennes, cette petite ville est bordée par des étangs où les pêcheurs ont leur place réservée. Au-dessus de ces plans d’eau, son centre bourg est perché sur une colline avec vue sur la campagne avoisinante. Loin de la bourdonnante rennaise, Hédé-Bazouges séduit depuis belle lurette les voyageurs par ses rues bordées de belles maisons en granite et son église Notre-Dame restaurée en 1864 (sorte de Notre-Dame des Champs!).

Peuplé à l’époque préhistorique, ce chef-lieu est un havre de paix. Il est devenu un lieu culturel grâce à un sculpteur de génie, Jean Boucher (1870-1939). Propriétaire d’un atelier et d’une maison de 1925 à sa mort, ce second prix de Rome fut membre de l’Institut. C’est dire son talent ! Il légua à Hédé une dizaine d’œuvres visibles à l’Hôtel de ville, sur la place centrale et autour de l’église. A Rennes, il sculpta notamment le monument de l’union de la Bretagne à La France, dans la niche de l’hôtel de ville de Rennes (1911) représentant Anne de Bretagne s’agenouillant devant le roi de France. La statue sauta le 7 août 1932 lors d’un attentat commis par des militants bretons.

Un château et un théâtre de poche

Face à l’hôtel de Ville, petit détour obligé pour découvrir le théâtre de poche (abrité dans l’ancien bâtiment des Halles) et bien sûr les vestiges d’un château, inscrits aux Monuments historiques depuis le 14 octobre 1926 (donjon et courtines de la basse-cour). Mais Hédé n’est rien sans ses onze écluses à franchir sur à peine 2 kilomètres et sa Maison du Canal (vitrine historique du canal d’Ille et Rance). Celles-ci sont à découvrir impérativement lors d’une promenade dominicale.

L’insolite du jour : la maison sur pilotis fut jadis un abri à bateau édifié durant l’entre-deux-guerres. Elle a été construite durant la période faste pour la pêche à la ligne qui séduisait de nombreux citadins arrivant de Rennes par « le Petit Tacot », nom donné au TIV qui fonctionna jusqu’en 1950.  Cette maison a servi de décor pour le cinéma (Loulou Graffiti de Christian Lejalé) et pour le Théâtre National de Bretagne. Depuis, l’association des « Amis du Petit Patrimoine » a restauré, sur plusieurs années, la maison sur Pilotis qui est devenue une résidence d’artistes (peintres, photographes, écrivains, cinéastes…). Sources : site Internet de la commune.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire