CECI EST UN TEST 1
Actualités

FIN DE RAVE !

test2

Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin voulait intervenir. Il n’aura pas eu besoin de partir à l’affrontement avec les “teufers” de Lieuron (Sud de l’Ille-et-Vilaine) : la fête débutée jeudi soir dans les hangars désaffectés de LG Services s’est achevée vers 6 h, ce matin.  

Les 2500 teufeurs commencent à quitter les lieux. Pour éviter la verbalisation des gendarmes, certains passent par l’endroit où ils ont pénétré dans la zone d’activités dans la nuit de jeudi à vendredi. Beaucoup en revanche sont verbalisés par les forces de l’ordre pour participation à un évènement non autorisé. “Sur place, à 9h45, ce 2 janvier, plus de 450 verbalisations ont été dressées notamment pour non respect du couvre-feu, non port du masque et participation illicite à un rassemblement, depuis hier après-midi”, précise le préfet de Bretagne, Emmanuel Berthier.

Le 31 décembre en début de soirée, plusieurs centaines de véhicules avaient convergé vers la zone d’activités de la commune de Lieuron pour installer une rave-party. “Les gendarmes du groupement de gendarmerie d’Ille-et-Vilaine ont tenté d’empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs”, explique aujourd’hui la préfecture dans un communiqué. “Au cours de cette manœuvre, un véhicule de la gendarmerie a été incendié, trois autres dégradés et les militaires ont essuyé des jets de bouteilles et de pierres, occasionnant des blessures légères.”

Un important dispositif de gendarmerie a été mis en place afin de sécuriser les abords du site et les axes de circulation.”

Cette free party a déclenché de nombreuses réactions politiques “Ce rassemblement de zadistes fait honte à notre pays, à nos soignants mobilisés depuis des mois, à nos morts”, a déclaré Florian Bachelier, député LREM d’Ille-et-Vilaine. “Puisse l’autorité judiciaire leur faire comprendre rapidement et radicalement le sens du mot responsabilité. L’État doit rétablir l’ordre public immédiatement.”

“On ne peut pas tolérer dans notre pays une situation de cette nature qui est une véritable provocation”, a ajouté la sénatrice et maire de Châteaugiron. “Cette situation est inadmissible et dangereuse car des professionnels de la subversion issus de la ZAD de Notre-Dame des Landes sont dans la place. Il ne peut y avoir de zone de non droit.” Pour en savoir plus, voir nos deux articles ici et

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire