13.6 C
Rennes
samedi 22 juin 2024
AccueilActualitésFERMETURE DE LA PATINOIRE EN PÉRIODE ESTIVALE : TERRAIN GLISSANT POUR LA MUNICIPALITÉ

FERMETURE DE LA PATINOIRE EN PÉRIODE ESTIVALE : TERRAIN GLISSANT POUR LA MUNICIPALITÉ

Du 15 juin au 17 septembre, la patinoire du Blizz fermera ses portes. La faute au réchauffement climatique ! « La ville et le délégataire, la SPL Citédia Métropole, ont travaillé sur une programmation d’activités durant ces quatre mois », explique Frédéric Bourcier, conseiller municipal. « Dans le cadre du dispositif “Cet été à Rennes”, nous allons proposer à la fois des événements et des pratiques régulières de loisirs et de sport (patinages à roulettes…). »

D’autres activités pour la patinoire 

Cette nouvelle n’est pas sans réjouir les écologistes. « Dans le contexte actuel de prix élevés pour l’énergie, explique Laurent Hamon, conseiller municipale, nous ne pouvons que saluer l’arrêt des pistes du Blizz, pour cet été 2023, comme suggéré lors de notre intervention du 17 octobre 2022. Cette fermeture de la patinoire permettra de développer des activités alternatives, financées par les importantes économies d’énergie réalisées. »

Au-delà de cette coupure, les écologistes veulent désormais aller plus loin. « Nous souhaitons réaffirmer la nécessité d’envisager une reconversion pérenne de cet équipement vers d’autres usages, notamment des sports de glisse sur roulettes (roller, roller derby, skate, BMX et pourquoi pas aussi des groupes d’escalade). Cette proposition nous semble indispensable à la fois du point de vue écologique, mais également budgétaire. »

Un sentiment partagé par Gwendoline Affilé (Génération. s). « Face à l’urgence climatique, la ville de Rennes a mis en place à l’automne un essentiel plan de sobriété. Notre patinoire municipale figurait logiquement assez haut dans la liste. Produire de la glace et réfrigérer un tel espace en plein été sont en effet à la fois lourd et décalé ; à plus forte raison lorsque l’été est caniculaire, comme cela a été le cas ces dernières années. (…) Mener la transition écologique passe aussi par la prise de distance lucide et nécessaire avec des activités aussi artificielles que patiner sur glace quand il fait plus de 30 degrés en extérieur. Au cours des 30 ou 40 précédentes années, nous nous sommes habitués à disposer de telles disciplines, dans une forme de confort, voire de luxe, qui ne sont en réalité ni soutenable ni indispensable. »

Toutefois, l’élue ne veut pas revoir à la baisse la politique d’offre et d’accès aux loisirs. « Bien au contraire, à l’image de l’expérimentation que nous lançons ce soir, la transformation des usages de notre patinoire pendant quatre mois l’été est une évolution tout à fait raisonnable à nos yeux. (…) Il faudra pour cela réussir à sortir des postures conservatrices et des procès diffamatoires en écoterrorisme. Il faudra se poser la seule question qui vaille et que jugera l’histoire : comment contenir le réchauffement climatique sous les 1,5 degré pour ne pas hypothéquer le proche avenir de la planète et de l’humanité ? » 

Une fermeture qui passe mal !

Du côté de l’opposition, la fermeture passe mal. « Elle confère à l’amateurisme quant à la connaissance du fonctionnement même des associations sportives », commente Charles Compagnon. « Ce mois-là est le temps de reprise des activités. En reculant la date, cela va forcément leur porter préjudice (pertes  d’adhérents…). Enlever un mois entier de préparation revient à punir les patineurs et danseurs sur glaces par rapport à d’autres clubs. Je ne parle même pas des 10 000 entrées en période estivale. »

Au-delà, Charles Compagnon ne croit pas en la pertinence d’une telle démarche. « D’autres villes ont étudié la fermeture de leur patinoire et toutes n’arrivent pas à la même conclusion que Rennes. Ces quatre mois sans glace viennent malheureusement compléter ses décisions punitives et confiscatoires que nous connaissons dans de nombreuses villes de France administrées par vous-même et vos amis politiques (Ndlr : la suppression du tour de France). »

Yannick Nadesan (communiste) aimerait du roller disco dans la patinoire. 

Pour le groupe Révéler Rennes, Antoine Cressard milite pour le maintien de la patinoire. « Au-delà de ses défauts, elle doit rester ouverte toute l’année et destinée aux sports de glace (hormis l’été pour le moment). Car c’est un lieu fréquenté et apprécié par ses usagers qui sont attachés à ces activités de glisse. C’est aussi un équipement à dimension métropolitaine, unique à l’échelle départementale et qui participe pleinement au rayonnement de notre ville.

La patinoire, c’est souvent les sports d’hiver de ceux qui ne peuvent pas y aller », explique Frédéric Bourcier. 

Entre les positions écologiques et de l’opposition, Frédéric Bourcier veut croire en une solution médiane. « La fréquentation est moindre l’été que l’hiver. Avec les fédérations sportives, nous devons désormais réfléchir à arrêter les saisons suffisamment tôt et à les reprendre plus tard. »  Mais aujourd’hui, l’élu souhaite s’en remettre à une étude d’usage et énergétique, lancée par la ville. « Elle sera essentielle pour déterminer les types d’usages, la transformation d’équipements afin de prendre les bonnes décisions. »

Infos + : « Notre patinoire est née, il y a plus de 20 ans », explique Frédéric Bourcier. « Conçue en double piste (singulier à l’échelle nationale), elle est la deuxième la plus importante du pays, derrière celle de Montpellier. Depuis la crise de la Covid, les pistes de glace voient en France leur fréquentation augmenter entre 20 et 25 % et pour la nôtre (hors clubs) de plus de 40 %. Les préados et les ados reviennent dans les patinoires aujourd’hui, y compris dans la nôtre. Il y a une une satisfaction de celles et ceux qui fréquentent cet équipement (trois clubs, soirée karting). »  Et de compléter : « Les enjeux ne sont pas nouveaux sur le Blizz. Un certain nombre de chantiers ont été effectués jusqu’en 2018 avec une économie d’énergie de l’ordre de moins 15 à 18 %. Mais nous n’en avons pas fini avec notamment des travaux à opérer sur la récupération d’eau, son utilisation. On va continuer dans ce sens pour que cette patinoire soit moins consommatrice en énergie. » La fréquentation patinait en 2020. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

QUE FAIRE CE WEEK-END ?

Rennes Infos autrement vous propose de découvrir les animations du week-end. Des concerts, des expos, des visites. Voici le programme. Expos : Cuir, une matière...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser