CECI EST UN TEST 1
Actualités Sport

DEJAN FUJS : LE RENNAIS OUBLIÉ DE MURA !

Ecrit par Dragan Brkic
test2

Le Stade Rennais va jouer en Ligue Europa conférence, ce jeudi 4 novembre contre le club Slovène de Mura. En ayant remporté le match aller 2 à 1 à Maribor, ils partent favoris contre l’équipe de Murska Sobota, une ville située à 60 km de Maribor aux confins des frontières autrichienne, hongroises et croates.  La presse locale a largement évoqué l’événement, mais elle est passée à côté d’un ancien joueur de volley rennais, Dejan Fujs, qui, en dépit d’un court séjour au REC, a néanmoins largement participé à la montée du club rennais de Pro B en Pro A durant la saison 2001-2002, avec l’obtention du titre de champion de France. Entretien avec Dejan Fujs.

Quel souvenir avez-vous de Rennes ?

Je me sentais très bien à Rennes, une ville à qui je dois beaucoup et qui m’a beaucoup donné. J’étais le meilleur pointu de la ligue B et après 15 années d’attente, on a accédé à la Pro A. Mais je n’ai pas compris pourquoi l’entraîneur Veljko Basic et les dirigeants ne m’ont pas conservé pour affronter le plus haut niveau ! J’ai dû quitter Rennes et je ressens encore aujourd’hui comme une dette morale à l’égard de ce club. Je souhaite toutefois le meilleur au REC volley-ball et à tous ses dirigeants.

Accompagnerez-vous les footballeurs de Mura ? 

Je reviens à Rennes mercredi avec l’équipe de Mura pour le match retour contre le Stade Rennais. Je suis très heureux…d’avoir été invité par le club de football de ma ville. C’est pour moi un grand honneur. Je vais pouvoir revoir mes amis rennais et faire découvrir aux supporters les richesses bretonnes et le Mont-Saint-Michel. Beaucoup de fans profiteront de ce voyage pour découvrir le Mont-Saint-Michel. 

Qu’avez-vous fait après votre départ de Rennes ?

Heureusement la vie de sportif ne s’arrête pas sur une déception. Je suis parti pour Martigues en Pro B, puis en Slovénie pour trois ans à Šoštanj Toplošico où j’ai été champion de Slovénie. Ensuite je suis revenu à mon club d’origine de Murska Sobota comme joueur puis comme entraîneur et directeur sportif, où j’ai accédé à plusieurs reprises au dernier carré du championnat de ligue 1. J’ai même formé trois jeunes qui ont été champions d’Europe des U17. Par ailleurs, en 2010-2011, j’ai été entraîneur-adjoint de l’équipe nationale. 

C’était de loin pas le plus grand ni le plus costaud des pointus. Mais il marquait des points dans toutes les situations. Impressionnant, très délié et rapide. Toujours de bonne humeur à encourager les autres. Un mec très sympa”, explique l’ancien capitaine du REC, Mathieu Prigent. 

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire