CECI EST UN TEST 1
Archives Brèves

DE RUGY À L’ÉCOLOGIE : LES ÉTONNANTES FÉLICITATIONS DE BACHELIER

test2

Entre François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, et Florian Bachelier, questeur, la mauvaise entente était connue de tous. Régulièrement, la presse l’évoquait…Encore récemment, le Journal du Dimanche en faisait ses choux gras. “Mais qui s’est donc fait un plaisir de détailler à la presse les achats récents du cabinet du président de l’Assemblée nationale, ­François de Rugy?”, questionnait l’hebdomadaire. “Utiliser les deniers publics pour acquérir trois appareils à raclette et un vélo elliptique n’a rien d’illégal. Mais la fuite a contraint le quatrième personnage de l’Etat à s’expliquer. Dans les couloirs du Palais-Bourbon, les soupçons désignent un seul coupable : Florian Bachelier, qui, en tant que questeur de l’Assemblée, est celui qui a avalisé ces dépenses. Un fautif d’autant plus évident que cet épisode ne serait qu’un round de plus dans la bataille de moins en moins feutrée qui oppose les deux députés La République en marche (LREM).”

Capture d’écran.

Cela n’a pas empêché aujourd’hui notre député de se féliciter du départ de son alter-ego parlementaire au ministère de l’environnement. “Sa nomination démontre notre détermination sans faille à opérer les transformations qui s’imposent”, a-t-il tweeté sur les réseaux sociaux. “C’est un signal fort”, a-t-il ajouté. Mais dans les couloirs feutrés de l’Assemblée nationale, on rigole sous cape. “Cela va arranger les affaires du jeune député breton et faire celles de Richard Ferrand.” Ce dernier, lui-même breton, est pressenti au perchoir et soutenu par devinez qui Florian Bachelier. “Je soutiens sans réserve la candidature naturelle de Richard Ferrand dont je connais les qualités personnelles. Il saura diriger l’Institution et poursuivre avec détermination le chantier indispensable, et attendu par les Français, de la réforme de l’Assemblée nationale”, a-t-il déclaré dans les colonnes du Journal Ouest-France, étonnamment discret sur les querelles entre les deux hommes.

Un temps en délicatesse avec la justice, Richard  Ferrand prendrait aujourd’hui une revanche dans la bataille qu’il menait avec François de Rugy pour récupérer les postes clefs de l’Assemblée Nationale. Décidément, les pratiques politiciennes ne changent pas…ou ne veulent pas changer. 

La phrase du jour : “Le climat était bon entre de Rugy et moi-même”, explique Florian Bachelier au micro de BFM TV. ” On travaillait en proximité tous les jour.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire