13 C
Rennes
samedi 13 avril 2024
AccueilActualitésCONTRÔLE DE LA SNCF : LA MÉSAVENTURE D’UN USAGER

CONTRÔLE DE LA SNCF : LA MÉSAVENTURE D’UN USAGER

À l’heure des grèves de la SNCF, initiée principalement par les contrôleurs, il est intéressant de connaître certaines de leurs pratiques. Un usager a vécu dernièrement une mésaventure qu’il n’oubliera pas de sitôt. Frédéric travaille à Rennes et rentre le soir à Saint-Malo en train TER ou TGV avec une carte d’abonnement qui lui coûte 200 euros par mois.

« C’est vrai que c’est pratique une carte. Cela fonctionne assez bien, à l’exception de quelques pannes, retards ou accidents habituels qui nous obligent à revoir à la dernière minute notre déplacement », explique-t-il. Mais Fred ne s’attendait pas à vivre les désagréments qu’il a connus juste avant Noël. « J’étais fatigué le soir et suis rentré dans un TGV sans mon abonnement, oublié, et sans que personne ne me demande quoi que ce soit sur le quai. Sûr de moi-même, de mes droits, je me suis assis sur une chaise au bout du wagon et me suis endormi un peu. J’ai juste eu le temps d’entrapercevoir deux contrôleurs qui sont passés devant moi en lançant : on l’a déjà vu celui-là. »

Fred aurait pu en rester là, en laissant les vérificateurs partir. Mais lui-même ne sait pas pourquoi il s’est levé brusquement afin de les rattraper et leur expliquer sa situation. « J’ai hélé les agents et j’ai été effaré par leur réponse. Ils m’ont dit devant tous les gens que j’étais malhonnête ! Je leur ai alors demandé de me préciser comment je pouvais être sans scrupule alors que je venais justement les voir. Un contrôleur m’a répondu que j’aurais dû me présenter à l’entrée dans le train. Mais personne n’était sur les quais et j’étais sûr d’avoir une preuve de mon abonnement sur mon portable, leur ai-je rétorqué. Le vérificateur continua à me traiter de “malhonnête”, tandis que le deuxième atténua un peu leur discours en me proposant une amende minorée à 36 euros au lieu de 72 ! »

Tout aurait pu s’arrêter là s’il avait accepté cette minoration. Mais il n’était pas du genre à laisser une injustice se dérouler si facilement. « Lorsqu’ils m’ont présenté cette réduction, j’ai aussitôt réagi en leur demandant pourquoi, moi, j’avais le droit à 36 euros, parce que j’avais une bonne tête et d’autres devaient payer 72 euros ? Deux poids, deux mesures. Les contrôleurs sanctionnent-ils à la tête du client ? Mais cette mise au point n’a pas du tout été appréciée par eux. Ils m’ont alors remis 72 euros à payer. Cela fait un peu cher pour quelqu’un qui paye 200 euros l’abonnement ! ».

Après cette altercation, notre pauvre voyageur a été réconforté par les passagers ayant été abasourdis par le comportement des vérificateurs de la SNCF. « C’est dingue leur façon de faire ! Quand je vais à Décathlon pour une commande sans ticket, ils me demandent gentiment mon numéro de téléphone et aussitôt ils retrouvent le récépissé d’achat. Lorsqu’on veut chercher, on le fait. Mais à la SNCF les contrôleurs ne souhaitent pas visiblement se fatiguer », déclare-t-il.

Dragan Brkic
Dragan Brkic
Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

// Dernières nouvelles publiées

COUP DE FILET CHEZ LES TRAFIQUANTS DE STUPÉFIANTS 

Le 27 avril 2023 débute une enquête sur le point de deal implanté au niveau de l’immeuble du 4 place du Banat, à Rennes....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser