CECI EST UN TEST 1
Actualités Commerces

CENTRE-VILLE : LES ÉLUS VEULENT ÊTRE AUX CÔTÉS DES COMMERÇANTS

test2

Pour les fêtes de fin d’année, la ville prévoit de l’argent pour le Carré rennais (association de commerçants) et des subventions pour des commerces de quartier…soit une somme de 23 000 euros environ. “Mais les aides vont bien au-delà de ces manifestations”, a confié Didier Le Bougeant, adjoint au maire chargé du commerce, lors du dernier conseil municipal. “Dès le mois de mai, nous avons permis l’extension des terrasses et du plateau piétonnier. Nous avons répondu individuellement aux demandes en proposant des solutions construites et adaptées avec les acteurs du secteur commercial.”

Un plan d’actions souhaité

“Au sein de la collectivité, a ajouté la maire de Rennes, Nathalie Appéré, il y a aujourd’hui quatre agents à temps plein qui travaillent pour le soutien des commerces. Depuis des semaines, ils sont à disposition des commerçants pour proposer une vraie expertise technique et des animations spécifiques.”  Mais ces mesures ne seraient pas suffisantes pour Carole Gandon, porte-parole d’En Marche. “Il est urgent de rendre le centre-ville attractif et de le rendre compétitif par rapport aux offres proposées en ligne ou encore par les centres commerciaux où il n’y a aucun problème de stationnement, de propreté, de Wi-fi et de sécurité. Nous devons mettre en place un vrai plan d’actions dans le centre-ville avec notamment la gratuité du stationnement les matins le week-end, l’installation de bornes de Wifi et la digitalisation des services. Il faut une task force, une cellule pour accompagner les entreprises dans les épreuves qu’elles traversent.”

Un manager pour le centre-ville.

“Si nous continuons comme cela, le centre-ville ne va pas rester le premier centre commercial breton”, assure Loïck Le Brun, conseiller municipal de l’opposition. “On va voir des commerces fermer les uns après les autres.” Contre cette “mort lente”, il en appelle au respect des quatre piliers suivants : l’accessibilité, les services, la propreté et la sécurité. “Mais malheureusement, je ne vois aujourd’hui que dégradation.” Comme son collègue de droite, Charles Compagnon, porte-parole de la droite, est lui aussi inquiet. Il demande très vite la gratuité des transports les mercredis, samedis et dimanche, la gratuité des parkings, les mêmes jours et le recrutement d’un manager du centre-ville.

Le 28 novembre, les commerces devront rouvrir, espérons que cette bonne volonté politique ne se perde pas face à l’euphorie prochaine du retour des clients. “Nous serons aux côtés des commerçants pour répondre au mieux à la situation du moment. Nous aurons une farouche volonté de retourner à la consommation locale, d’aider les commerçants et de privilégier les filières courtes”, a promis Sébastien Séméril, adjoint de la ville chargé de la communication et de l’évènementiel. Des ouvertures possibles et exceptionnelles sont envisagées le dimanche au mois de décembre mais aussi  la gratuité des transports sur deux week-ends (coût de 100 000 euros pour un week-end).

Les propositions des écologistes. Composante de la majorité municipalité, les élus écologistes veulent aller plus loin en mettant en œuvre un accompagnement social des “petits” indépendants. Ils souhaitent en outre la gratuité des transports en communs lors de certains week-end, la régulation des grandes enseignes commerciales et la mise en place de villes apaisées.

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire