portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

CE SAMEDI : MANIF POUR LES MIGRANTS DES GAYEULLES

Dans le parc des Gayeulles, les migrants sont de plus en plus nombreux à dormir sous la tente, sans eau et sans électricité. Au moment de notre passage (mi-août), ils étaient 146 dont la moitié sont des Georgiens, 25 % sont des Albanais et 25 % des Africains. Depuis, leur nombre ne cesse de grimper. Ils seraient aujourd’hui deux cents personnes dont de 22 enfants.

D’ores et déjà, la deuxième clairière prévue par la municipalité rennaise commence à se remplir. Elle devrait accueillir les 120 personnes bientôt expulsées de la résidence d’Estremadure. “D’ici peu, ce campement atteindra 400 personnes dont des dizaines d’enfants”, assure Jean-Paul Tual, élu rennais de France Insoumise.

                          “Il est peut-être temps de se réveiller”

Contre cette situation, de nombreux bénévoles appellent à une manifestation ce samedi prochain, à 14 heures, place de la mairie (ou à la république). Ils demandent aux autorités d’agir face aux prochaines semaines qui s’avèrent compliquées. “Il est peut-être temps de se réveiller et urgent de mettre en place des plans d’urgence et de protection en place dans les plus brefs délais”, assène Flavien. “Toutes les familles doivent avoir un toit conformément aux promesses de la campagne municipale de Nathalie Appéré.”

Depuis maintenant quelques semaines, la mairie est dans le collimateur (bien que 950 000 euros seraient dépensés en nuitée hôtelière !) “La mairie en fait beaucoup mais ce n’est pas encore assez ! Il est temps que la municipalité tienne ses engagements en donnant une réponse immédiate et durable”. Face aux critiques, la mairie de Rennes s’était exprimée en avril dernier dans son journal.  “Ne nous voilons pas la face, plus de 1000 personnes à la rue, c’est un échec collectif”, avait déclaré Nathalie Appéré. “Mais sans l’action de la Ville, ce chiffre serait beaucoup plus important, puisque ce sont environ 500 personnes que nous hébergeons chaque nuit, directement ou indirectement. A l’automne prochain, nous ferons encore plus avec l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence, à destination des familles avec des enfants mineurs. Ce seront 100 places supplémentaires de mise à l’abri, financées par la Ville et Rennes Métropole.”

“Nous prenons notre part”, ajoutait-elle. “Mais il faut aussi que l’Etat, dont c’est la compétence, fasse plus. C’est dans ce sens que j’ai signé hier, avec plusieurs maires de grandes villes de France, une interpellation des ministres de l’Intérieur et du logement, pour que soit construite une réponse collective à l’accueil des migrants, qui représentent une part importante des personnes sans domicile.” Pour rappel, selon la Loi, toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale doit avoir accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. Pour tous renseignements sur la manifestation

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire