16 C
Rennes
dimanche 26 mai 2024
AccueilActualitésBIOTRIAL : UNE INFORMATION JUDICIAIRE OUVERTE POUR COMPRENDRE LE DRAME

BIOTRIAL : UNE INFORMATION JUDICIAIRE OUVERTE POUR COMPRENDRE LE DRAME

En janvier, un patient était mort après un accident survenu lors d’un accident thérapeutique mené dans un laboratoire mené à Rennes sur une molécule créée par le laboratoire portugais BIAL.

Le 15 du même mois, le pôle de santé publique du parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire et saisissait l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique et la Direction intérégionale de la police judiciaire de Rennes.

Au regard de l’enquête, le parquet de Paris, pôle santé publique, a décidé d’ouvrir ce jour, 14 juin 2016, une information judiciaire pour homicide involontaire et blessures involontaires afin de déterminer si des fautes de nature pénale ont contribué de manière certaine au décès et blessures des victimes ou si les faits s’inscrivent dans le cadre d’un aléa scientifique.

Menée par le juge d’instruction, l’instruction préparatoire, aussi appelée information judiciaire, est une étape très importante qui détermine la culpabilité ou l’innocence d’une personne. Pour l’heure on sait que six volontaires sains ont reçu la molécule faisant l’objet de l’essai clinique. On sait encore que le produit qui leur a été administré n’était pas adultéré (absence de toute autre substance).

Toujours selon les éléments de l’enquête, le dosage et la posologie prévus ont été respectés. En revanche des facteurs propres à chaque volontaire pourraient expliquer les effets de la molécule sur leur organisme. En l’occurrence, la victime décédée était porteuse, bien avant sa participation à l’essai, d’une pathologie vasculaire endocrânienne occulte, susceptible d’expliquer l’issue fatale la concernant. A ce stade des investigations, la molécule-test apparaît en cause mais le mécanisme physiopathologique déclenché (dérèglement du mode de fonctionnement normal des éléments constitutifs du corps humain, d’un animal ou d’un végétal) demeure encore inconnu à ce jour.

A noter

Les essais effectués sur les animaux, soumis à des doses très fortes sur de longues périodes, ne semblaient pas pouvoir, en l’état des investigations, laisser présager les effets indésirables tels qu’apparus chez l’être humain, exposé à des doses bien moindres et sur une durée réduite.

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

INCENDIE DANS LE QUARTIER DE VILLEJEAN

Le dimanche 26 mai 2024, en fin de journée, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de quatre étages situé square du Nivernais, dans...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser