CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Politique

ARCHIPEL HABITAT : LA BAISSE DES “APL” PROVOQUE UNE CRISE POLITIQUE LOCALE !

test2

Annoncée par le gouvernement, la baisse des APL (5 euros par mois pour l’ensemble des bénéficiaires et 60€ par mois pour les locataires HLM) devrait rapporter à l’Etat près de 400 millions d’euros cette année. Mais cette baisse n’est pas du goût de tout le monde…

Mardi 17 octobre, dans la capitale bretonne, les employés d’Archipel Habitat ont débrayé pour s’opposer au projet gouvernemental. “Ces choix nuiront à la qualité du service de proximité et de l’entretien courant des logements”, assurait une manifestante. Depuis quelques jours, ils sont désormais soutenus par Nathalie Appéré, maire de Rennes et présidente de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) et le président de Rennes Métropole, Emmanuel Couet. “Monsieur le Président, les vraies réformes, ne sont pas dans les recettes libérales d’hier, mais dans la réinvention d’une politique de logement que nos territoires sont prêts à mettre en œuvre”, ont déclaré les deux élus dans le journal Libé.

Dans un courrier adressé à tous les locataires d’Archipel Habitat (12500 Rennais) en qualité de présidente, Nathalie Appéré précise sa pensée. “Compensée par une diminution de loyers, cette orientation, si elle devait se mettre en œuvre, aurait des répercussions terribles sur la qualité de votre cadre de vie. Evaluée par Archipel Habitat à une perte de ressource de 7, 3 millions d’euros chaque année, elle remettrait en cause notre capacité à entretenir les immeubles et à mener des travaux de réhabilitation ou encore de rénovation. Cette attaque contre les locataires HLM doit être stoppée.”

                                    Le courrier a fait mouche !

Envoyé le 9 octobre, le courrier a fait mouche auprès des militants du mouvement République en Marche. Dans les colonnes d’Ouest-France, Carole Gandon, représentante départementale (LREM), a trouvé étonnant “d’utiliser les moyens de l’Office public de l’habitat (OPH) de Rennes métropole pour diffuser une tribune politique dénigrant la stratégie du gouvernement.”

“C’est un tract mensonger”, a précisé Florian Bachelier, député LREM de Rennes. A droite, on va aujourd’hui plus loin. “La présidente d’Archipel Habitat, Nathalie Appéré, a pris la décision d’envoyer un courrier à l’ensemble des 12 500 locataires pour condamner la politique du gouvernement sans en avertir son conseil d’administration”, dénoncent les élus municipaux de l’opposition.

“Cet organisme chargé d’un service public, précisent les élus, est soumis à un devoir de neutralité. Archipel Habitat, même par la voix de sa présidente, n’a pas à intervenir ou réagir sur quelconques orientations politiques du gouvernement. Il s’agit d’une confusion des genres dont le parti socialiste rennais est malheureusement coutumier. Après l’épisode du “TNB-gate” en 2014, rien n’a changé ! Les Rennais constateront une nouvelle fois que les us et coutumes du parti socialiste rennais restent inchangés. La municipalité continue d’utiliser les moyens publics – l’argent des contribuables – pour diffuser leur propagande.” https://www.rennes-infos-autrement.fr/les-mails-du-tnb-etaient-bien-une-operation-de-campagne-mais-ne-justifiaient-pas-lannulation-de-lelection-municipale/

Bertrand Plouvier, président du groupe Alternance 2020, annonce qu’il saisira la CNIL (Commission nationale de l’Informatique et des Libertés) pour l’utilisation de données personnelles par la présidente d’Archipel Habitat à des fins politiques. Pour ces raisons, les élus du groupe Alternance 2020 estiment que la maire de Rennes doit prendre ses responsabilités et démissionner de la présidence d’Archipel Habitat. L’ambiance devient tendue à Rennes….

Le courrier envoyé par Nathalie Appéré. 

Début de polémique. A Archipel Habitat, mardi dernier, les employés ont été fortement incités par leur direction et leur comité d’entreprise à se mobiliser pour informer les locataires HLM des effets de la baisse des APL. “Il était impossible de travailler, notre établissement était fermé” explique un salarié. “On a l’impression d’être pris en otage pour une querelle politicienne”, ajoutait une autre. Environ 12 000 courriers ont été imprimés pour informer les locataires du parc social.

 Le communiqué du vice-président de Rennes Métropole, en charge de l’habitat. 

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire