CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives

APRÈS L’AFFAISSEMENT DE NOZ : DU BÉTON POUR CONSOLIDER LA RUE DE SAINT-MALO

test2

Samedi 19 novembre, dans le centre ville de Rennes, au 10 rue de Saint-Malo, vers 15 h 30, le plancher de l’enseigne Noz s’est affaissé subitement au moment où quelques clients faisaient leurs emplettes dans le magasin. L’effondrement a provoqué un trou de deux ou trois mètres. Heureusement, pas de blessés graves. Seulement trois personnes ont été légèrement touchées dans l’incident. 

Immédiatement alertés, les services de secours ont établi un périmètre de sécurité. Ils ont mobilisé d’importants moyens de secours avec des équipes cynophiles et bien sûr du matériel de déblaiement. “C’était très impressionnant,” note un habitué d’un café tout proche. “Des pompiers étaient partout pour vérifier si personne n’était sous les décombres. On craignait le pire pour quelques clients. Mais finalement, personne n’a été victime !”

2

Par mesure de précaution, dix personnes ont été relogées par la ville. Elles habitaient au-dessus du magasin et dans les bâtiments voisins. Très rapidement, de nombreux témoins mettaient en cause le passage du tunnelier du métro Elaine. “Dans le secteur du centre ville, un tassement de terrain très localisé a entraîné l’affaissement d’une partie du plancher du magasin Noz», a confirmé la ville de Rennes dans la soirée.

                                            Du béton pour combler le trou !

Ce dimanche midi, la SEMTCAR, en charge des travaux du métro, annonçait le comblement du trou ! “Suite à l’affaissement de terrain provoqué hier par le tunnelier Elaine, la partie supérieure de l’éboulement va être comblée aujourd’hui en tout début d’après midi par un apport de béton approvisionné depuis la rue de Saint Malo”, expliquait leur service de communication. 

Jusqu’en fin d’après-midi, la rue de Saint-Malo a été fermée à la circulation. “Notre intervention permet d’éviter une propagation éventuelle du phénomène en surface, et sécurise l’environnement immédiat. Le tunnelier demeure pour l’instant à l’arrêt.” En début de soirée, le comblement de la partie supérieure de l’éboulement était effectué comme prévu.

                                               Un chantier de trois semaines

Des inspections du bati sont en cours. “Aucun mouvement n’a été enregistré pendant la nuit, et la décision de réintégration des habitants du 10 rue de Saint Malo sera prise dans la journée de lundi”, précisait ce soir le service de communication de la Semtcar. La suite des opérations consiste maintenant à avancer le tunnelier de quelques mètres, anneau par anneau, dès ce soir, pour libérer la zone touchée et visiblement très localisée. “Après une dizaine de mètres, le tunnelier fera une pause”, ajoute le service de com’.

A partir de lundi, des travaux d’investigation (sondages) et de confortement du terrain vont pouvoir être engagés depuis la surface. Ce chantier devrait durer près de trois semaines. Cet incident est le premier d’envergure pour le tunnelier Elaine contrairement à Perceval, son alter-ego du premier métro en 1998 et 1999 : affaissement de deux voies ferrées et de nombreux trous boulevard Magenta, boulevard de la Liberté, rue Jule Saint-Simon. 

Pour aller plus loin : Avec l’actuelle municipalité rennaise, la communication est plus transparente sur les incidents du métro et c’est tant mieux. Ce fut toutefois plus compliqué pour la municipalité de l’époque du premier tunnelier. On n’avait pas toujours autant d’informations…Depuis, le métro est bien perçu par les Rennais et explique sans doute un revirement dans la stratégie communicante ! 

 

3

4

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire