"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Faits divers

ABUS DE CONFIANCE : 6 MOIS AVEC SURSIS REQUIS CONTRE LE DÉPUTÉ D’EN MARCHE

Le député d’En Marche et de la 1ère circonscription d’Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid a-t-il confondu le porte de monnaie de son association avec le sien ? Accusé d’abus de confiance, il s’est présenté au tribunal correctionnel de Rennes avec son avocat William Pineau, hier, dans l’après midi. Il lui était reproché d’avoir utilisé les fonds de son association Intermède (aide à l’insertion professionnelle) à des fins personnelles.  Le montant du préjudice s’élève à moins de 22.000 euros, dont près de 15.000 euros de dépenses alimentaires, 2 841 € de frais téléphoniques et environ 2 400 € d’hôtel et frais divers entre janvier 2015 et juillet 2017 à Saint-Aubin d’Aubigné, Paris et Marrakech.

Le député En Marche devant le tribunal, juste avant l’audience. 

Présent devant ses juges (ce qui n’arrive pas toujours chez nos élus !), Mustapha Laabid n’était pas tout à fait seul. Il était accompagné de Florian Bachelier, député (LREM) et questeur de l’Assemblée nationale, de Carole Gandon (porte-parole du mouvement à Rennes) et d’Eric Bothorel, venus pour le “soutenir moralement”. En revanche, le député François André (ancien PS et aujourd’hui En Marche) n’était pas venu…. 

A l’audience, la présidente du tribunal Véronique Lanneau a énuméré la liste des achats effectués par notre député avec la carte de l’association. Ici où là, il a acheté du lait ribot, des jouets, de vêtements de sports, des yaourts, des produits d’entretien et même des lingettes ! “Nous sommes ici dans loin de courses pour Intermède”, a-t-elle confié. Tout aussi grave selon la justice, le député a acheté une box Internet pour son usage personnel (et associatif) et réglé avec la CB de l’association des séjours hôteliers, lors de ses vacances en famille, à Marrakech et à Paris. 

Pour sa défense, Mustapha Laabid affirme avoir agi de la sorte afin d’organiser des évènements tels que des barbecues, des soirées, des apéros au Blosne ou au Triangle dans le cadre de son association. “Nous avions le soutien de l’Etat et de la ville,” assure-t-il. Mais face aux accusations, le député concède “ne pas pouvoir justifier toutes les factures”. “On ne va pas me reprocher d’avoir invité quelques personnes au MacDo (1) ?” ajoute-t-il  reconnaissant avoir commis “quelques erreurs et négligences.” pour ses frais de bouche et hôteliers (2).  

Dans ses longues réquisitions, le procureur de la République n’a pas manqué d’épingler les manquements du député. “On peut les accepter une fois, plusieurs fois éventuellement. Mais là, les manquements sont réitérés et nombreux. Monsieur Laabid, censé comme député connaître les Lois de la République, détournait de l’argent public en utilisant la carte bancaire de l’association et ce, en toute connaissance de cause. ” Il a demandé une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis et 5 ans d’inéligibilité.

En réponse, l’avocat de l’élu, William Pineau, dénonce une enquête à charge contre l’élu de la 1ère circonscription d’Ile-et-Vilaine. “La liste des dépenses n’a pas été assez détaillée par l’accusation”, a-t-il affirmé avant’étonner : “rien ne lui a été reproché durant douze ans jusqu’à ce qu’il se présente aux élections. C’est quand même étonnant. Mon client s’interrogera toujours sur le signalement effectué à son encontre auprès de l’organisme chargé de lutter contre la fraude, Tracfin”. Le délibéré sera rendu le 6 août prochain, à 14 heures, durant les vacances. 

(1) Une facture Mac do de 1300 euros selon la justice. (2) Le député Mustapha Laabid justifie l’utilisation de la carte de l’association pour acquitter ses frais hôteliers en raison du plafond de sa carte personnelle et de sa femme. 

 

A propos de l'auteur

PAUL-ARTHUR CERTAIN

Commentez

Laisser un commentaire