"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Commerces Manifestations à Rennes

VIOLENCES EN MARGE DES MANIFS : 600 000 EUROS POUR LES COMMERCES

En mai dernier, en marge des manifs contre la loi Travail, des commerces étaient vandalisés par des individus cagoulés (et parfois non). A plusieurs reprises. Pour soutenir les affaires des commerçants, la ville et la métropole débloquaient une somme de 300 000 euros dès le mois de juin. A cette contribution s’ajoutent désormais celle de l’Etat, soit 600 000 euros !

“C’est déjà beaucoup, mais pas suffisant”, commentait une commerçante, cette après-midi. “On ne va pas cracher dessus !” ajoutait un autre. Ravis par la nouvelle annoncée par le Préfet d’Ille et Vilaine, Christophe Mirmand, les gérants des commerces devront déposer leur dossier auprès des chambres consulaires (CCI et Chambre de métiers) pour espérer décrocher les aides. “Le dispositif sera réservé aux entreprises artisanales, commerciales et de services dont le chiffre d’annuel est inférieur à un millions d’euros hors taxes.”

IMG_2584

Saint-James fut la cible des manifestants.

Seuls seront indemnisés les commerçants situés dans le périmètre des circuits des manifestants. “L’indemnisation sera acquise à partir du moment où le chiffre d’affaires des mois de mars à juin sera en baisse d’au moins de 30 % par rapport au CA des mêmes mois 2015.” Elle sera comprise entre 3000 et 10 000 euros (1). Pour les entreprises de création récente, le montant de l’aide sera laissé à l’appréciation du comité des dossiers dans la limite encore de 3000 euros.

Un certain nombre de documents devront être soumis aux autorités consulaires (extraits de bilan, déclarations mensuelles de TVA, déclaration du sinistre de l’assurance, justificatifs versés par les assurances…). Ce dispositif vient en complément du remboursement des franchises versées par l’Etat aux commerçants, soit 103 000 euros sur 34 demandes. Onze dossiers ont été jugés irrecevables (hors périmètre, pas de date de manifestations indiquées…)

Et pourtant les commerçants avaient pris des mesures.

Et pourtant les commerçants et des banques avaient pris des mesures.

(1) L’indemnisation sera égale à la moitié de la perte de chiffre d’affaires, sans pouvoir dépasser les 3000 euros. Si la perte est supérieure à 50 % du chiffre d’affaires, ou bien si l’emploi de salariés sont menacés, l’aide pourra atteindre 10000 euros. Mais attention, le nombre de ces derniers dossiers ne pourra excéder 5 % du total des dossiers d’aides admis par l’Etat.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire