Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités

UN COLLECTIF D’USAGERS DU RÉSEAU STAR VOIT LE JOUR

Ecrit par Edwin Le Rouzic
test2

Né d’une carence de bus sur la ligne 11, le collectif des usagers du réseau Star veut faire entendre sa voix auprès de la municipalité. Il tient à s’exprimer désormais sur l’amplitude horaire, la gratuité des transports et la suppression des portillons. Rencontre avec Laurent Heitz et Anne Champigny‌.

Pourquoi avoir créé ce collectif ?

Notre bus n’est pas assez fréquent, surtout en soirée et en week-end, puisqu’il s’arrête vers 21 h et que dans la journée, semaine comme week-end, il n’y en a pas assez. Pis encore, on peut se rendre en centre-ville mais on ne peut pas revenir le soir. Ce n’est pas sans conséquence. Dernièrement, une personne travaillant dans la restauration a été agressée plusieurs fois car elle avait dû rentrer à pieds…. On voulait faire bouger les choses…

Avez-vous rencontré des élus ?

On avait déjà essayé à titre individuel ou politique de rencontrer l’ancien élu de quartier, Vincent Maho Duhamel mais il nous avait opposé une fin de non-recevoir en prétextant qu’on serait bientôt desservi par le métro….

Vous avez alors lancé une pétition pour demander plus de bus sur la ligne 11….

 Oui et nous sommes allés rencontrer les usagers aux arrêts de bus. Environ 99% des personnes interrogées étaient d’accord avec nous. Beaucoup affirmaient l’insuffisance des bus dans une zone d’activité où dix-mille salariés travaillent. Beaucoup avaient essayé de contacter la mairie mais sans succès.

Quelle a été l’efficacité de cette pétition ?

Rien pour l’instant. Nous avons quand même eu l’oreille attentive de Matthieu Theurier dans la mesure où cette pétition a été envoyée aux candidats du deuxième tour des municipales. Matthieu Theurier, une fois installé président de Rennes Métropole pour les mobilités, nous a contactés pour nous proposer un rendez-vous, pour écouter nos revendications et envisager moyens d’action. S’il n’y avait pas eu la pétition ni la page Facebook, personne n’aurait entendu parler de nous. Récemment, un groupe s’est constitué pour défendre le transport à Saint-Jacques-de-la-Lande. Leurs membres nous ont contactés et nous les rencontrerons prochainement. Tout ceci nous donne de la visibilité.

Vous militez également pour la gratuité des transports. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

C’est un service public. Donc, comme l’école et la santé, il serait bon que les transports soient gratuits pour tout le monde et pour le bien-être des habitants. Rennes Métropole parle toujours de gaz à effet de serre, d’urgence climatique.

Vous demandez donc de la cohérence entre les discours et les actes…

On en a discuté avec Matthieu Theurier et nous ne sommes pas du tout sur la même ligne. Pour nous, c’est un service universel et indispensable tandis que lui pense que les riches doivent payer. Et nous ne sommes pas les seuls à parler de la gratuité, les usagers que nous avons rencontrés également.

Comment prendre en charge cette gratuité ?

Ils ont bien réussi à payer des portiques à sept millions d’Euros ! C’est énorme ! Pour l’école gratuite, beaucoup s’interrogeaient et aujourd’hui, c’est acté par tous. C’est une question de volonté politique.

La gratuité va être instaurée à partir de douze ans, jugez-vous que cela va dans le bon sens ?

Oui c’est un début mais il ne faut pas s’arrêter là. La métropole ira-t-elle plus loin ? Là est toute la question.

Vous regrettez aussi que des stations de Vélostar aient été démontées dans les quartiers périphériques de Rennes. Quelles sont vos propositions à ce sujet ?

Les arguments de la ville sont les suivants : le vélo en libre-service était très peu utilisé. Il coutait cher, n’était pas rentable. La ville préfère faire des économies sur ces vélos en libre-service pour investir dans des solutions individuelles comme la location-achat de vélos électriques ou des vélos cargos. Mais tout le monde n’a pas envie d’acheter un vélo.

Vous parlez également d’un projet de halte ferroviaire route de Lorient. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Du foncier a été réservé depuis des années derrière le groupe scolaire Montessori à côté de la rocade en vue d’une halte ferroviaire. Visiblement, les choses ont l’air de s’accélérer car il y a eu diverses réunions, notamment avec la SNCF et tous ces acteurs ont l’air d’accord pour lancer un RER métropolitain en utilisant les différentes branches existantes. Matthieu Theurier réfléchit actuellement sur plusieurs hypothèses avec ses équipes.

Les portiques à l’entrée du métro ont fait leur apparition il y a deux semaines. Qu’en pensez-vous ?

Rires. C’est l’inverse de ce qu’on demandait ! Dans certaines stations, il va y avoir des embouteillages parce que ces portillons prennent toute la place et vont gêner ceux qui veulent rentrer et sortir en même temps (surtout les personnes handicapées). Matthieu Theurier n’est d’ailleurs pas à l’aise avec le sujet. Il dit “subir” cette infrastructure car la décision avait été actée par son prédécesseur, que le marché avait déjà été passé et qu’il était obligé de se montrer solidaire de la majorité précédente. Il a juste oublié de préciser que lui aussi faisait partie de la majorité précédente….

Craignez-vous une augmentation du prix des transports suite à l’ouverture de la ligne B ?

Non car ils ont revu tous les tarifs. Matthieu Theurier ne nous a pas parlé d’augmentation. Mais avec le Covid19, il y a eu une perte énorme en termes de recette pas du tout compensée par l’État. Si jamais une augmentation est décidée, les gens nous solliciteront et on ne laissera pas faire.

Du fait de la crise, la Star veut annuler ses transports allant au-delà de 22 h en proposant un service adapté à chacun. Qu’en pensez-vous ?

Il y a moins de fréquentation mais pour autant, la politique ne doit pas être celle du chiffre.Nous sommes sur un service public. Kéolis s’est engagé sur un certain niveau de service. Nous veillerons à ce que cela soit fait.

 

A propos de l'auteur

Edwin Le Rouzic

Laisser un commentaire