CECI EST UN TEST 1
Actualités

TOUR DE FRANCE : LE LEADER SOCIALISTE MARC HERVÉ SORT DU SILENCE

test2

Tout le monde le sait. Il n’y aura pas de départ du Tour de France, à Rennes, en 2021. Motif invoqué : les élus écologistes y sont défavorables pour des raisons budgétaires et environnementales. Mais qu’en pensent les Socialistes, l’autre composante de la majorité municipale ? Marc Hervé, adjoint au maire et conseiller départemental, sort de son silence sur le réseau social Facebook. Il veut prendre de la hauteur par rapport à la polémique. Pas certain que cela calme les esprits.

“Le Tour de France est depuis quelques jours l’objet de débats passionnés quant à l’organisation de son Grand départ pour 2021”, reconnaît-il. “Cela intéresse, à raison, de nombreux Rennais, Bretons et amoureux du sport en général. Cet événement populaire fait pleinement partie du patrimoine français et personne ne saurait soutenir le contraire.” Comme beaucoup, les maillots jaunes de Ronan Pensec, l’apport de Bruno Cornillet aux victoires de Greg Lemond, ou encore les fameuses “8 secondes” de Laurent Fignon ont nourri sa jeunesse et sa passion du cyclisme. “Le Ventoux, le Tourmalet, l’Alpe d’Huez et les autres étapes de montagne légendaires sont cochées dans mon agenda chaque été, des mois à l’avance”, ajoute-t-il oubliant au passage Marc Gomez (illustre cycliste rennais ayant gagné Milan-San Rémo).

Une décision budgétaire et non environnementale

Les 4 étapes du Tour 2021 qui se dérouleront en Bretagne seraient pour lui une excellente nouvelle pour notre terre de cyclisme. “C’est la raison pour laquelle notre ville a exprimé sa disponibilité pour accueillir une étape. Toutefois cela ne doit pas interdire un débat légitime sur les conditions de l’organisation du Tour, fin juin 2021, à Rennes.”  Car comme pour les écologistes, la dimension environnementale est importante pour lui. “Elle a été rappelée par la sensibilité écologiste de notre majorité, ce qui a motivé sa position défavorable dans les termes que plusieurs de ses membres ont exprimés publiquement. Ces problématiques méritent évidemment une attention de tous les instants. Il est d’ailleurs à noter que l’organisateur, ASO, évoque lui-même un travail continu en ce sens. Espérons qu’il sera largement approfondi dans les futures éditions du Tour.”

Mais au-delà de la question environnementale, bien d’autres aspects auraient beaucoup joué dans la position municipale. “La difficulté à tenir conjointement plusieurs grands événements – mise en service et inauguration de la seconde ligne de métro, lancement de l’exposition de la collection Pinault, manifestations plus classiques mais non moins attendues (Grande braderie, Transat en ville, Tombées de la nuit…) et pourquoi pas un très beau parcours de l’équipe de France de football à l’Euro – a également pesé dans notre décision finale.”

Le choix de grands évènements locaux au détriment d’un évènement national

Mais ce qui a scellé le souhait d’accueillir une étape plutôt que le Grand départ, resterait l’aspect budgétaire et financier. “S’il est vrai que ces grands rendez-vous, dont Rennes n’a pas manqué ces dernières années (Tour de France 2015, demi-finales du top 14 de rugby, Coupe du monde de football féminin…), ont un impact économique certain, ils ont également un coût financier important pour les collectivités. Les 700 000 euros directement versés par la ville d’accueil à la société organisatrice, auxquels s’additionnent plusieurs centaines de milliers d’euros de prestations directes pour le Grand départ, se seraient ajoutés au budget prévisionnel de tous les autres événements prévus en 2021. Dans le contexte actuel, chaque dépense nouvelle ne peut entraîner que l’annulation d’autres dépenses. Il nous faut également prendre en compte les conséquences de la crise sanitaire et de la crise sociale à venir. Nous avons collectivement préféré la prudence et la raison. Il n’en reste pas moins que les Rennais, comme tous les Bretons, pourront profiter du Tour de France. L’offre estivale rennaise sera complémentaire à celle de notre belle région, qui ne manque ni d’événements sportifs, ni de grands festivals culturels et encore moins de grands espaces pour passer un bel été 2021.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire