maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités coronavirus

TÉMOIGNAGE D’UN POLICIER : « IL FUMAIT SA CIGARETTE AVEC SON ATTESTATION DE SPORT ! »

test2

Comme beaucoup de policiers, Marc (prénom d’emprunt et représentant syndical) est atterré par l’attitude des Français, à l’heure de la crise du coronavirus. “Encore trop de gens ne jouent pas le jeu avec parfois des comportements très limites”, confie-t-il. “Jeudi dernier, à la sortie du commissariat, devant le Colombia, j’ai croisé un jeune homme de 25 ans, cigarette à la main. Il m’a présenté son attestation pour activité sportive !”

Encore trop de monde à jouer sur les terrains de foot.

                       Des attitudes à peine croyables !

Ce matin, encore au rond-point du Stade rennais, ses collègues ont contrôlé une personne à pied, se promenant sans raison. “A 8 heures du matin, il pensait échapper au contrôle. De nombreux Rennais vont aujourd’hui récupérer des colis à la poste, promènent leurs chiens durant de longues heures sous les fenêtres même de notre commissariat. C’est à peine croyable”, ajoute-t-il.

Mobilisés, les policiers sont sur le pied de guerre. “Un agent sur deux, voire deux sur trois, travaillent aujourd’hui au commissariat de police de Rennes. Pourquoi ce choix ? Nous voulons conserver des forces vives pour les semaines à venir”, explique Marc. Mais dans les brigades intervenant sur la voie publique, ils sont toujours aussi nombreux. “Les écoles de police ayant été fermées, beaucoup d’élèves sont parmi nous. Une vingtaine est arrivée ce matin.”

Comme tous les Français, les policiers en patrouille ne circulent pas en nombre pour montrer l’exemple. Comme tous les Français, les policiers ont quelques malades parmi eux.” “On a appris la maladie de l’un d’entre nous, ce matin. C’est probable qu’il soit touché par le coronavirus. D’autres sont aussi confinés après avoir approché les gens contaminés.”

                           Des masques bientôt

Aujourd’hui, la plupart des missions est affectée aux contrôles sur la voie publique. “Nous n’avons pratiquement plus d’affaires à l’exception de violences conjugales”, ajoute-t-il. Mais les “contrôles” ne se font pas toujours dans de bonnes conditions. “Pour vérifier les papiers des automobilistes, nous sommes obligés d’être forcément à moins d’un mètre d’eux ! Heureusement, les masques arrivent aujourd’hui. Ils pourront être mis au moment de la vérification pour protéger la personne interpellée et nous-mêmes.”

Dans certains quartiers les contrôles restent malheureusement plus difficiles. “Beaucoup n’en ont rien à faire ! Ils croient encore que cela ne leur arrivera pas”, assure-t-il. Mais pas de quoi entamer le moral de la police. “On ne doit pas se plaindre ! Lors de la première guerre mondiale, nos poilus étaient confinés dans les tranchées à moins d’un mètre de large…”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire